Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Le maire de Bourges, Pascal Blanc, se rapproche un peu plus d'Emmanuel Macron et officialise son soutien au Président

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Berry

Après la déroute des Républicains aux Européennes, 72 maires et élus locaux de droite et du centre, annoncent leur soutien au président Emmanuel Macron, dans une tribune publiée sur le site du Journal du Dimanche. Pascal Blanc, maire de Bourges (Mouvement Radical) fait partie des signataires.

Pascal Blanc, maire de Bourges (Cher). 10 janvier 2019.
Pascal Blanc, maire de Bourges (Cher). 10 janvier 2019. © Radio France - Sébastien Baer

Bourges

Un nouveau coup dur pour la droite : dans une tribune publiée sur le site internet du Journal du Dimanche, 72 maires et élus locaux de droite et du centre, annoncent leur soutien à Emmanuel Macron. Parmi ces élus, issus de 34 départements et de 12 régions, figure donc le nom du maire de Bourges. Membre du Mouvement Radical, Social et Libéral, après avoir quitté l'UDI, Pascal Blanc franchit donc le pas, et à moins d'un an des élections municipales, se rapproche encore un peu plus de la majorité présidentielle. 

Un pas de plus vers Emmanuel Macron

Pour les observateurs de la vie politique berruyère, ce n'est pas vraiment une surprise. Pendant la campagne des élections européennes, le maire de Bourges s'était clairement affiché aux cotés des députés de la majorité, et notamment pendant les meetings des quatre ministres et secrétaires d'état qui avaient fait le déplacement à Bourges. Une proximité qui avait même conduit le premier ministre à adresser à Pascal Blanc, un message de félicitations après les résultats obtenus à Bourges par la liste Rennaissance (LREM, MoDem et Agir) qui avait recueilli trois points de plus qu'au niveau national. 

Le député En Marche François Cormier-Bouligeon lui aussi candidat à la mairie

Reste à savoir si ce nouveau positionnement de Pascal Blanc lui permettra de s'affranchir de la présence d'un candidat En Marche pour les élections municipales. D'autant, et c'est là que ça se complique, que le député LREM François Cormier-Bouligeon, a annoncé dans les colonnes du Berry Républicain, qu'il était candidat à la mairie de Bourges. L'élu se présente en "candidat du rassemblement" et précise qu'il "ne demande l'investiture à personne". En tout cas, le maire de Bourges, Pascal Blanc, avance ses pions, prudemment, et devrait d'ailleurs officialiser sa candidature, qui ne fait pas l'ombre d'un doute, à l'automne prochain...où peut être plus tôt, maintenant que les stratégies et les ambitions s'affichent ! Une chose est sûre : à Bourges, la bataille des municipales est lancée.

Nous voulons la réussite du président de la République et du gouvernement

Dans cette tribune du Journal du Dimanche, publiée après le fiasco des Républicains aux européennes, les 72 élus signataires affichent clairement leur soutien :  "Nous sommes de ceux qui souhaitent la réussite impérative de la France ; c'est pourquoi nous voulons la réussite du président de la République et du gouvernement car rien ne se construira sur leur échec". Ces nouveaux soutiens à Emmanuel Macron ajoutent : "En tant que maires, en tant qu’élus de proximité en prise directe avec les réalités des Français, nous devons prendre notre part à ce travail de reconstruction nécessaire et largement attendu." 

Le maire de Bourges n'est pas le seul élu de la région Centre-Val de Loire, à apporter son soutien à Emmanuel Macron ; parmi les signataires de cette tribune, on trouve aussi Christophe Bouchet, le maire de Tours, Frédéric Augis, maire de Joué-lès-Tours, Olivier Carré, maire d'Orléans et Philippe Nolland, maire de Pithiviers.