Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Le maire de Chalon-sur-Saône refuse de rencontrer la ministre de la Culture

jeudi 21 juillet 2016 à 14:06 Par Marion Bargiacchi, France Bleu Bourgogne

Audrey Azoulay, la ministre de la Culture visite Chalon ce jeudi 21 juillet. Une visite ministérielle placée sous le signe de la sécurité après l'attentat du 14 juillet à Nice, alors que le festival "Chalon dans la Rue" qui attend 200.000 visiteurs bat son plein depuis hier.

La ministre de la culture Audrey Azoulay à Chalon-sur-Saône.
La ministre de la culture Audrey Azoulay à Chalon-sur-Saône. © Radio France - Jacky Page

Chalon-sur-Saône, France

La ministre a prévu un point sur la sécurité du festival en présence des élus en sous-préfecture. Un rendez-vous auquel ne participera pas Gilles Platret, maire Les Républicains de Chalon-sur-Saône qui déclare "Je ne participerai en aucune façon à une telle opération de communication."

"Je n'ai pas vocation à participer à un mensonge d’État"

Gilles Platret dénonce une visite "préparée 24h à l'avance dans la précipitation la plus totale" pour faire "croire à l'opinion publique que le gouvernement est irréprochable pour assurer toute la sécurité nécessaire sur les grands rassemblements de l'été". Il demande d'ailleurs à la ministre de renoncer "à ce déplacement techniquement dangereux et politiquement inopportun".

L'entourage de la Ministre assure de son côté que le déplacement était organisé de longue date. Un déplacement qui doit conforter "les engagements de l’État sur le dossier des arts de la rue".