Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le maire de Châteauroux visé par une plainte de l'Architecte des Bâtiments de France

-
Par , France Bleu Berry

Le maire de Châteauroux, Gil Avérous, fait l'objet d'une plainte de l'Architecte des Bâtiments de France dans le cadre de l'embellissement de la place Gambetta. En cause : la plantation de 24 arbres au lieu de 28. Sauf que les travaux ont déjà commencé.

Gil Avérous, le maire de Châteauroux.
Gil Avérous, le maire de Châteauroux. © Radio France - Régis Hervé

C'est un point de discorde qui pourrait mettre en péril les travaux en cours sur la place Gambetta à Châteauroux. Le maire, Gil Avérous, fait l'objet d'une plainte de l'Architecte des Bâtiments de France qui dirige le projet. En cause : la plantation de quatre arbres sur la future place. Gil Avérous veut que 24 arbres soient replantés et non pas 28 comme le préconise l'architecte. Avec cette décision, le maire souhaite rompre l'alignement des arbres devant la façade de la Chambre de Commerces. "Une façade majestueuse grâce à ses hauts-reliefs" précise le maire au micro de France Bleu Berry. 

"Une affaire disproportionnée"

Informé de cette plainte, le parquet de Châteauroux a laissé une dernière chance au maire de revoir ses positions pour se mettre en accord avec l'Architecte des Bâtiments de France. Dernière chance poliment remerciée par Gil Avérous dans un courrier récent et que nous nous sommes procurés. "Je ne me soumettrai pas au diktat d'un fonctionnaire" martèle le maire à notre micro. Gil avérous pourrait donc être déféré bientôt devant le parquet. L'édile doit, légalement, se conformer aux indications de l'architecte. "On ne laisse pas assez de marge de manœuvre aux maires" regrette Gil Avérous tout en dénonçant une affaire "disproportionnée". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu