Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le maire de La Chapelle Saint-Mesmin, Nicolas Bonneau, est décédé

-
Par , , France Bleu Orléans

Le maire de la Chapelle Saint-Mesmin, près d'Orléans, est décédé à l'âge de 53 ans. Il était hospitalisé depuis plusieurs jours, suite à un grave accident vasculaire cérébral. Ex-adhérent du PS, Nicolas Bonneau était maire depuis 2008.

Décès de Nicolas Bonneau, à l'âge de 53 ans
Décès de Nicolas Bonneau, à l'âge de 53 ans - Didier Depporter

"C’est avec une immense tristesse que la Ville de La Chapelle-Saint-Mesmin fait part du décès de son maire, Nicolas Bonneau, survenu le 30 août 2020 des suites d’un accident vasculaire cérébral", indique la Ville de la Chapelle Saint-Mesmin, commune de la Métropole d'Orléans, dans un communiqué ce lundi après-midi.

Nicolas Bonneau était maire de La Chapelle Saint-Mesmin depuis 2008
Nicolas Bonneau était maire de La Chapelle Saint-Mesmin depuis 2008 - Didier Depoorter

"Nicolas Bonneau s’est dévoué sans relâche en faveur de notre commune et de ses habitants. Il a toujours œuvré avec courage et détermination pour préserver et mettre en valeur l’identité de notre ville à laquelle il était profondément attaché. Les élus et les agents de la Ville adressent leurs sincères condoléances à son épouse, à ses fils, à sa famille et à ses proches et leur renouvellent leur entier soutien", poursuit le communiqué.

Maire depuis 2008

Nicolas Bonneau, âgé de 53 ans, père de deux enfants, était maire (ex PS) de la Chapelle Saint-Mesmin depuis 2008 et avait été réélu au premier tour en mars dernier. Il avait été hospitalisé dans un état grave la semaine dernière après un accident vasculaire cérébral. Cet AVC était survenu "dans un cadre familial".

"Un humaniste de gauche" : c'est toujours ainsi que se revendiquait Nicolas Bonneau, qui a adhéré au parti socialiste à l'âge de 17 ans, à l'époque du premier septennat de François Mitterrand. Il se réclamait d'une gauche laïque, républicaine et modérée, d'où le soutien à Laurent Fabius puis à Manuel Valls, avant de quitter le PS en 2017 : il refuse alors de se rallier à Benoît Hamon avant d'appeler finalement à voter pour Emmanuel Macron.

Socialiste allié au Modem

D'où aussi, sur le plan local, son alliance avec le Modem dès 2008 : cette alliance lui permet de ravir la mairie de la Chapelle St-Mesmin à la droite. Nicolas Bonneau est alors, à 41 ans, le plus jeune maire de l'agglomération orléanaise. Homme de consensus - "d'immobilisme", disaient ses détracteurs - il est facilement réélu en 2014 et en mars dernier.  

Son attachement à la laïcité le pousse à refuser énergiquement l'arrivée d'une école musulmane à la Chapelle en 2014, le projet sera finalement abandonné. Sa principale réalisation restera la construction d'une maison de santé dans sa commune, pour faire face à la désertification médicale.

Disparition aussi brutale qu'injuste" (Christophe Chaillou, président de Orléans Métropole)

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Maire de Saint-Jean-de-la-Ruelle, et désormais président d'Orléans Métropole, le socialiste Christophe Chaillou réagit à "cette disparition aussi brutale qu’injuste". Pour M. Chaillou, Nicolas Bonneau "était un défenseur inconditionnel et exigeant des valeurs de la République et des communes et était profondément attaché à sa ville de La Chapelle-Saint-Mesmin. C’est une grande perte pour ses habitants dont il défendait les intérêts avec ardeur"

Passionné de nouvelles technologies et du numérique

"Passionné par les nouvelles technologies et le numérique dont il avait la charge depuis fin juillet en sa qualité de vice-Président en charge du développement numérique et de l’économie numérique, il était également rapporteur de la commission numérique au comité directeur de l’Association des Maires de France", poursuit le président d'Orléans Métropole qui avait échangé avec Nicolas Bonneau de l'évolution de la Métropole, dès le lendemain de son élection en juillet dernier. "Homme de gauche, engagé, comme l’étaient ses parents, il avait été le plus jeune maire de l’agglomération lors de son élection en 2008 à seulement 41 ans."

Je n’oublierai ni sa gentillesse, ni son sens de l’amitié". Jean-Pierre Sueur, sénateur socialiste

"C’est avec une grande tristesse que j’apprends le décès de Nicolas Bonneau" réagit le sénateur socialiste et ancien maire d'Orléans Jean-Pierre Sueur qui salue un élu "attaché à sa commune. Il l’aimait profondément, passionnément, et était très proche de ses habitants.  Il avait de grandes qualités humaines. Je n’oublierai ni sa gentillesse, ni son sens de l’amitié".  

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Jean-Pierre Sueur poursuit à propos de celui qui avait quitté le PS en 2017 avant l'élection présidentielle, juste après la primaire de la gauche. "Socialiste, il était d’une grande ouverture d’esprit, d’une grande tolérance, recherchait l’union et la coopération au sein de l’agglomération d’Orléans. On lui doit de nombreuses réalisations. Je garde en mémoire la fierté qui était la sienne lors de l’ouverture récente de la Maison de Santé de La Chapelle Saint-Mesmin, ou lors de l’inauguration de la piscine entièrement rénovée ou encore lorsqu’il évoquait la restauration de l’église de la commune".

Parmi les autres réactions, on notera celle de Stéphanie Rist, la députée LREM de la première circonscription du Loiret. Elle évoque sa "tristesse et (son) émotion à l'annonce du décès de Nicolas Bonneau. Je salue son engagement et adresse mes sincères condoléances à ses proches, à son équipe et aux habitants de La Chapelle-Saint-Mesmin".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess