Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : des maires ardéchois refusent de tenir la séance d'installation du conseil municipal

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Plusieurs maires d'Ardèche ont décidé d'annuler la séance d'installation de leur conseil municipal. Ils estiment que c'est une "faute sanitaire" de réunir des élus alors qu'il est recommandé d'éviter les contacts pour endiguer l'épidémie de coronovirus.

Une écharpe de maire - illustration.
Une écharpe de maire - illustration. © Maxppp - Lionel VADAM

Face à la situation sanitaire de plus en plus préoccupante en France avec l'épidémie de coronavirus, plusieurs maires ardéchois ont décidé d'annuler la séance d'installation de leur nouvelle équipe municipale élue dimanche dernier. Car dans les communes où le maire a été élu dès le premier tour dimanche 15 mars, la loi oblige les conseils municipaux à être installés avant dimanche. Les élus ont même une dérogation pour leur permettre de quitter le confinement et de se réunir pour élire les adjoints et conseillers.

C'est "une faute sanitaire", dénonce par exemple Paul Savatier, le maire de Saint-Vincent-de-Barrès, dans le Sud-Ardèche, qui a décidé d'annuler la séance d'installation de son conseil municipal qui était prévue ce dimanche à 18 heures. 

Une "calamité" de tenir ces réunions

"Il ne faut pas favoriser les contacts entre les personnes. Or, 30 000 communes en France ont élu leur conseil municipal au premier tour dimanche dernier, ce qui reviendrait à réunir 450 000 personnes d'ici dimanche soir. Ce serait une calamité et un très gros danger", expose Paul Savatier, qui devait réunir une quinzaine d'élus ce dimanche à Saint-Vincent-de-Barrès.

Ces séances d'installation des conseillers municipaux sont "totalement inadaptées", dénoncent également les maires de Saint-Maurice-d’Ibie (sud Ardèche), Véronique Louis, et de Vanosc, Yves Boulanger, qui signent un communiqué commun. Ils demandent au gouvernement "de stopper la réunion des conseils municipaux prévus ce week-end et de les reporter fin juin". Même demande de la part de Paul Savatier à Saint-Vincent-de-Barrès : "La seule mesure à prendre, c'est de suspendre le résultat électoral acquis dimanche soir et de prolonger le mandat des élus municipaux jusqu'au 30 juin. Tus les maires seraient ainsi élus à la fin juin 2020", explique-t-il.

Des maires pour le moment hors-la-loi

Et le maire de Saint-Vincent-de-Barrès lance un appel aux autres maires élus dimanche : "Je lance un appel à la raison, à la sagesse et à tous les conseils municipaux de France. Faites la même chose que moi, ne prenez pas ce risque énorme pour les populations. Mais sans décision du gouvernement, ces maires sont pour le moment hors-la-loi. "Si la préfecture trouve que je suis hors la loi, ils viendront m'arrêter. Mais s'ils n'ont pas autre chose à faire en ces temps de lutte contre le coronavirus, c'est vraiment très grave", commente Paul Savatier.

Un courrier au président de la République et au Premier ministre

L'association des maires de l'Ardèche et le président du département ont de leur côté écrit au président de la République et au Premier ministre pour demander un report de l'installation des conseils municipaux. "Nous vous demandons de prolonger le mandat des élus municipaux et afférents actuellement encore en fonction jusqu’au 30 juin 2020, date à laquelle les élections du second tour auront probablement eu lieu", écrivent-ils.

"Prendre cette décision permettrait de garantir la sécurité sanitaire de tous, d’assurer la stabilité des équipes municipales dans leur gestion de crise mais aussi de préserver l’intérêt démocratique du processus électoral", concluent Maurice Weiss et Laurent Ughetto.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu