Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Le maire de Strasbourg prend un arrêté anti-mendicité

Le maire de Strasbourg, Roland Ries, a signé jeudi 25 avril un arrêté anti-mendicité. Trois secteurs très précis du centre-ville de la capitale alsacienne sont concernées cet été et lors du marché de Noël.

L'arrêté anti-mendicité à Strasbourg est limité dans le temps.
L'arrêté anti-mendicité à Strasbourg est limité dans le temps. © Maxppp - Franck Delhomme

Strasbourg, France

Le maire socialiste de Strasbourg Roland Ries a signé jeudi 25 avril un arrêté anti-mendicité dans plusieurs secteurs du centre-ville. Il concerne la place du Marché-Neuf, la place du Temple-Neuf et la rue des Grandes-Arcades. L’arrêté est valable du lundi au dimanche de 10h à 20h jusqu’au 30 septembre et du 23 novembre au 31 décembre de 10h à 20h.

Les riverains de la place du Marché-Neuf, dans le quartier de la cathédrale, sont mobilisés depuis plusieurs semaines contre les rassemblements de marginaux jour et nuit sous leurs fenêtres. Des marginaux qui se chargent aussi de contrôler le stationnement sur la place et découragent les touristes.

Des débats au sein même de la majorité municipale

"Autant la mendicité est aussi vieille que le l'humanité, ça ne me pose aucun problème, mais quand on est dans la menace voire parfois les voies de fait, c'est autre chose, c'est la raison pour laquelle j'ai pris cet arrêté", explique le maire de Strasbourg.

Cet arrêté fait débat, au sein même de la majorité municipale. Le conseiller Syamak Agha Babaei incite même à attaquer le texte devant le tribunal administratif. 

"Je l'assume", répond Roland Ries "parce que c'est limité et réversible". Un bilan sera tiré avant l'été sur l'efficacité ou non de cet arrêté anti-mendicité. "Si on constate un effet plumeau, on ne fait que déplacer le phénomène ailleurs, ce ne sera pas la peine de maintenir, mais voyons ce que ça donne d'abord".