Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Le malaise des maires : "plus de responsabilités et moins de pouvoirs"

jeudi 31 janvier 2019 à 11:43 Par Thierry Boulant, France Bleu Auxerre

Beaucoup de maires ne se représenteront pas en 2020. C'est ce qui ressort d'une étude IFOP, réalisée pour le groupe LR au Sénat. Mahfoud Aomar, le président de l'association des maires de France dans l'Yonne (également maire de Valravillon), tente d’expliquer le phénomène.

1 maire sur 2 seulement à l'intention de se représenter aux élections de 2020 selon un sondage IFOP.
1 maire sur 2 seulement à l'intention de se représenter aux élections de 2020 selon un sondage IFOP. © Maxppp - Vincent Isore

Yonne, France

Selon une étude réalisée par l'Ifop et révélée par Le Figaro, 39% seulement des maires  des petites communes envisagent de briguer un nouveau mandat en 2020 : comment expliquez-vous, Mahfoud Aomar, leur peu d'empressement ?

La première raison, c'est la disponibilité au niveau de la famille. La fonction de maire prend beaucoup de temps et on n'a plus d'espace pour la famille et du coup les maires se disent : ça suffit; on n'a plus de vie familiale.

Le travail de maire d'une petite commune a-t-il beaucoup changé en dix ans ?

Énormément. Je peux vous dire qu'entre le maire d'aujourd'hui et le maire d'il y a dix ans, c'est complètement différent. Aujourd'hui, tout va beaucoup plus vite. Il faut avoir de plus en plus de connaissances et il y a beaucoup plus de responsabilités, même si on a, en fait, beaucoup moins de pouvoirs.

En quoi le rôle de maire est-il plus complexe aujourd'hui ?

Toutes les règles sont plus complexes. Par exemple au niveau des marchés publics. c'est devenu beaucoup plus compliqué et pourtant on a voulu faciliter les choses, mais ce n'est pas ce qui s'est passé. Aujourd'hui pour les marchés publics, il faut avoir un conseiller avec soi ou il faut des cabinets d'études.

La relation aux administrés a-t-elle aussi changé ?

Oui, elle a changé aussi puisque aujourd'hui nous n'avons plus affaire à des citoyens mais à des consommateurs qui demandent un service et qui le veulent très très vite et parfois les administrés manquent de compréhension vis à vis du maire.

Que faudrait-il pour épauler davantage les maires ou pour rendre la fonction plus attrayante ?

D'abord il faudrait que les maires aient un vrai pouvoir,  qui soit en rapport avec leur proximité.  ils ont le pouvoir d'être proche du citoyen dans les bons comme dans les mauvais moments. Et puis il faudrait qu'on les respecte plus et là je parle des institutions et de l'Etat. Il faudrait que l'Etat prenne les maires beaucoup plus en considération.

Emmanuel Macron a ouvert la possibilité devant les maires de l'Eure de revenir sur le cumul des mandats pour les maires des petites agglomérations ou les maires ruraux. Est-ce une solution pour les rendre plus audibles ?

Un maire aujourd'hui peut déjà cumuler sa fonction avec celle de conseiller départemental par exemple mais il ne peut ni être sénateur, ni être député. Je ne pense pas que le cumul avec un mandat national rende les maires plus audibles mais par contre ça aiderait un député ou un sénateur à être plus enraciné dans la vie quotidienne d'une commune.