Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Dans la Drôme, le ministre Didier Guillaume annonce vouloir développer les observatoires contre l'agri-bashing

-
Par , , France Bleu Drôme Ardèche

Didier Guillaume, ministre de l'agriculture, est en visite en Drôme et en Ardèche ce vendredi. Il visite une entreprise nucicole de la Drôme, avant de se rendre en Ardèche chez un viticulteur puis dans une exploitation laitière.

Le Drômois Didier Guillaume, ministre de l'agriculture, est en visite en Drôme et Ardèche.
Le Drômois Didier Guillaume, ministre de l'agriculture, est en visite en Drôme et Ardèche. © Radio France - Nathalie Rodrigues.

Didier Guillaume est en visite en Drôme et en Ardèche ce vendredi. Le ministre de l'agriculture s'est d'abord rendu chez un producteur de noix à Beauregard-Baret, dans la Drôme.

Généraliser la création d'observatoires contre l'agri-bashing

Il a annoncé vouloir généraliser ce qui vient d'être créé dans la Drôme : un observatoire départemental contre l'agri-bashing

La première réunion a eu lieu mercredi. Piloté par le préfet, le procureur de la République, avec des référents police/gendarmerie et chambre de l'agriculture, cet observatoire vise à accompagner les agriculteurs, parfois victimes d'actes de malveillance, de vols, de cambriolages ou d'intrusions dans les exploitations par les militants de la cause animale ou des militants qui assimilent les agriculteurs à des pollueurs. Il veut inciter aussi les exploitants à porter plainte, les sensibiliser au risque et aux mesures de prévention envisageables.

Didier Guillaume veut dupliquer l'observatoire de lutte contre l'agri-bashing tout juste créé dans la Drôme

Dans la Drôme ces dernières semaines, trois vidéos tournées par des militants de la cause animales dans des élevages ont été diffusées sur les réseaux sociaux. Un élevage de poulets à Chabeuil a aussi été victime d'une intrusion : ses fenêtres ont été cassées, les fiches d'élevage volées.

Des ajustements envisageables sur la carte des zones agricoles défavorisées

Le Drômois, nommé ministre en octobre 2018, s'est ensuite rendu côté Ardèche. D'abord à Saint-Péray chez un viticulteur.

Le ministre a visité ensuite l'exploitation de Grégory Beau, éleveur de vaches laitières sur les hauteurs de Tournon : "la ferme de Raffin".

Tournon n'est plus sur la carte des zones agricoles défavorisées : ces terrains d'altitude difficile à exploiter, où les coûts de production sont plus élevés et qui donnent droit donc à des indemnités compensatoires de la part de l'Europe. 19 communes ardéchoises en ont été exclues l'an dernier dont Tournon, perçue comme une commune de plaine, au bord du Rhône, alors qu'il y a une partie montagneuse. D'ici 3 ans (la baisse est progressive), Grégory ne touchera plus les indemnités compensatoires de l'Europe : 20 000 euros par an.  

Mais la carte pourrait être ajustée, à la marge. Sans rien promettre, le ministre Didier Guillaume demande la réouverture d'une étude pour 7 communes ardéchoises : Saint-Péray, Cornas, Chateaubourg, Glun, Mauves, Saint-Jean-de-Muzols, et Tournon. Cela concerne une douzaine d'agriculteurs. L'ajustement a déjà marché pour Rochemaure et Meysse.