Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Le ministre Jacques Mézard à Périgueux : une visite sans annonces

vendredi 6 avril 2018 à 14:46 Par Benjamin Fontaine, France Bleu Périgord

Le ministre de la cohésion des territoires, Jacques Mézard était en Dordogne ce vendredi 6 avril pour présenter le projet "Cœur de ville" dont vont bénéficier Périgueux et Bergerac. Malheureusement, les municipalités n'ont rien appris sur le montant des enveloppes dont elles pourraient bénéficier.

Jacques Mézard a déambulé dans les rues de Périgueux avec Antoine Audi et toute une délégation d'élus.
Jacques Mézard a déambulé dans les rues de Périgueux avec Antoine Audi et toute une délégation d'élus. © Radio France - Benjamin Fontaine

Un petit tour et puis s'en va. Jacques Mézard, le ministre de la cohésion des territoires a passé un peu plus de deux heures en Périgord ce vendredi 6 avril. Un déplacement à Périgueux pour évoquer le plan "Cœur de ville" dont vont bénéficier les villes de Bergerac et Périgueux pour redynamiser leur centre.

Aucune information sur les sommes allouées

"Je connais bien la Dordogne, c'est une rivière qui passe sous mes fenêtres. Elle a un nom qui me plait, c'est la rivière espérance," a confié le ministre originaire du Cantal. De l'espoir, les élus de Bergerac et Périgueux en ont. Ils veulent attirer de nouveaux habitants et de nouvelles entreprises dans leur centre-ville. Le plan "Cœur de ville" est là pour les aider. "Ce plan est là pour vous faciliter la tâche, il y aura très peu de paperasse." 

Une visite des halles pour le ministre. - Radio France
Une visite des halles pour le ministre. © Radio France - Benjamin Fontaine

Peu de paperasse, peu d'annonces. Impossible de savoir quelle somme sera distribuée aux deux communes. "Il y a une enveloppe d'un peu plus de 5 milliards d'euros. Elle sera utilisé en fonction des projets qui seront mis au point. On ne va pas découper en 222 villes," explique le ministre. "L'Etat ne vient pas en disant vous allez faire ça ou ça. On va faire confiance à l'intelligence territoriale. On ne va pas définir les enveloppes avant que les projets soient définis. " 

Les élus sont passés par le pôle intermodal de la gare. - Radio France
Les élus sont passés par le pôle intermodal de la gare. © Radio France - Benjamin Fontaine

A Bergerac les projets sont pourtant bien définis. La municipalité veut rénover certaines places, aménager l'espace public, investir dans la voie verte, réaménager les halles, construire une médiathèque et faire venir de nouveaux commerces au sein des anciennes galeries.  A Périgueux, le pôle intermodal derrière la gare est en cours de réalisation et les travaux autour de l’îlot Montaigne vont commencer cet été. "La question de l'argent taraude beaucoup de gens, mais je fais confiance à l'approche qui a été faite. On avait déjà ces projets et les financements. Ce sera un supplément et on le prendra," se félicite Antoine Audi.

Une visite en Périgord sans truffe n'est pas une vraie visite en Périgord. - Radio France
Une visite en Périgord sans truffe n'est pas une vraie visite en Périgord. © Radio France - Benjamin Fontaine

Quel avenir pour les transports ?

Lors de son discours dans la salle des mariages de sa mairie, Antoine Audi a aussi interpellé le ministre sur la problématique des transports. "Il ne peut pas y avoir une France des métropoles où l'on accède par LGV et une France de l'intérieur, une diagonale aride, où on aurait pas le droit de dépasser le 80 km/h." Sur la question de l'éventuelle disparition de petites lignes ferroviaires, Jacques Mézard botte aussi en touche. "Ce que nous voulons c'est de la concertation avec la région. Il faut voir comment articuler au mieux les différents modes de mobilité. " Et sur le département qui souhaite garder certaines routes départementales à 90 km/h ? "Joker" répond le ministre.

Cette visite ministérielle s'est terminée par une visite du pôle intermodal et des rues du vieux centre de Périgueux. Jacques Mézard a ensuite pris la route, direction la Corrèze.