Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Politique DOSSIER : Bordeaux : de Juppé à Florian

Nicolas Florian vu par ses collègues à la mairie de Bordeaux

mercredi 6 mars 2019 à 20:19 Par Stéphanie Brossard, France Bleu Gironde

Nicolas Florian adoubé par la majorité municipale dès l'annonce du retrait d'Alain Juppé, va prendre officiellement ses fonctions de maire de Bordeaux. Comment est-il perçu par ses collègues ? "Bosseur, collectif et à l'écoute".

Nicolas Florian ,sur son siège à la droite d'Alain Juppé au conseil municipal de Bordeaux, sera élu nouveau maire ce 7 mars 2019
Nicolas Florian ,sur son siège à la droite d'Alain Juppé au conseil municipal de Bordeaux, sera élu nouveau maire ce 7 mars 2019 © Maxppp - Bonnaud Guillaume

Bordeaux, France

C'est Nicolas Florian, 49 ans, fils politique spirituel désigné d'Alain Juppé, jusqu'ici adjoint aux finances à la mairie, qui prendra officiellement les rênes de la ville ce jeudi matin, à l'issue du conseil municipal extraordinaire qui doit élire le nouveau maire et cinq de ses adjoints. Il devenir le quatrième maire de Bordeaux de l'après-guerre, après Jacques Chaban-Delmas, Alain Juppé et Hugues Martin (de 2004 à 2006).

"C'est la première fois que je vais tutoyer mon patron"

Nicolas Florian a du sortir de l'ombre de son mentor depuis 3 semaines et l'annonce du retrait de son mentor de la vie politique pour aller siéger au conseil constitutionnel. Ludovic Martinez qui a été le directeur de cabinet d'Alain Juppé durant 10 ans, aura les mêmes fonctions auprès du nouveau maire. "C'est la première fois que je vais tutoyer mon patron!"

"Autorité, détermination, sens de l'équilibre"

Ludovic Martinez estime qu'il a déjà changé depuis qu'il sait qu'il est le successeur désigné. "Au début, il s'est adressé comme un chef de parti à nous tous, puis il a compris qu'il fallait parler à des co-listiers. Il a pris la mesure de la tâche qui l'attend. Et j'ai été agréablement surpris par la vitesse à laquelle, il a investi ce nouveau rôle : autorité, détermination, sens de l'équilibre... Alain Juppé est un homme d'Etat avec une autorité naturelle. Nicolas en terme de personnalité, c'est tout le contraire. Il est chaleureux. Mais ça veut pas dire, quand on est jovial, qu'on est une bonne pâte dont on peut abuser ! Je trouve qu'il a une autorité, qu'il cultive de manière très habile".

"Plus simple" 

Il a déjà imprimé son style et fait taire les ambitions et les ambitieux. Bien sûr qu'il a l'étoffe, "l'envergure" explique Alexandra Siarri, sa future deuxième adjointe. "C'est un passionné de la politique. Il est bosseur et il a été au cœur du dispositif municipal (aux finances) comme bras droit ou gauche d'Alain Juppé" ajoute Fabien Robert son premier adjoint Modem. Ce qui fait sa légitimité selon la majorité municipale. Loin de l'image de nonchalance qu'il renvoie. A l'écoute et chaleureux dit encore Alexandra Siarri. "Il ira à la rencontre des Bordelais de façon plus simple, plus directe, plus conviviale". Il continuera à venir à la mairie en tram ou à vélo, estime Anne Walryck, future quatrième adjointe. "Simple et sympathique" dit de lui, celle qui a fait sa "connaissance en 1995 sur les bancs de la Communauté Urbaine de Bordeaux". Nicolas Florian a pris de "la consistance, et donné envie de continuer près le choc du retrait d'Alain Juppé. Il a fait preuve d'autorité et de diplomatie dans ses journées qui n'ont pas été simples. Et c'est galvanisant d'avoir quelqu'un comme lui qui a de l'enthousiasme".

Un seul défaut

Pour s'inscrire au-delà de 2020. Nicolas Florian ne se voit pas comme un maire intérimaire. "Pour l'avoir vu grandir toutes ces années et le voir prendre de l'épaisseur, il a toutes les capacités et qualités pour y arriver" explique Anne Walryck, qui ne lui concède qu'un défaut. "Je ne devrais pas le dire parce qu'il essaie de s'en défaire comme moi. Il fume encore un peu mais on va essayer de trouver des solutions et s'épauler sur le sujet".