Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Le pari du maire de Bourgoin-Jallieu : honorer la confiance de François Fillon tout en conservant celle des Berjalliens

mardi 7 mars 2017 à 6:00 Par Jacky Page, France Bleu Isère

Vincent Chriqui est devenu ce week-end le directeur de campagne de François Fillon. Le maire de Bourgoin-Jallieu va donc s’absenter davantage d’une commune où ses détracteurs lui reprochent déjà de faire figure de maire virtuel.

L'hôtel de ville de Bourgoin-Jallieu abrite-t-il un maire fantôme ?
L'hôtel de ville de Bourgoin-Jallieu abrite-t-il un maire fantôme ? © Radio France - Jacky Page

Bourgoin-Jallieu, France

Il était en charge des finances de la campagne de François Fillon. Après la vague de désertions dans le camp du candidat de la droite et du centre à l'élection présidentielle, le maire de Bourgoin-Jallieu, Vincent Chriqui a été promu ce week-end directeur de campagne. François Fillon lui a demandé de succéder à Patrick Stefanini, démissionnaire. Mission à double tranchant pour le maire LR de la ville nord-iséroise, qui doit relancer la campagne d’un candidat contesté dans son propre camp, tout en ne donnant pas à ses administrés berjalliens l’impression qu’il les délaisse.

INTERVIEW - Vincent Chriqui, nouveau directeur de campagne de François Fillon, "fidèle" même dans la tourmente

Pour l'opposition, un mandat local, c'est d'abord une présence

Déjà absent trois jours par semaine, le maire de Bourgoin-Jallieu sera forcément encore moins présent dans sa ville. Une situation que déplore André Borne, chef de file socialiste de l'opposition municipale, qui dénonce un " maire virtuel". « Il est patron d’une entreprise de plus de 500 salariés [les services municipaux, ndlr]. Chaque semaine il y a des décisions à prendre, faire ça virtuellement, ça ne peut pas tenir. Faire de la politique, quand on a des mandats locaux, c’est d’abord un enracinement, une présence. »

Le premier-adjoint plus sollicité

En l'absence du maire, ses adjoints et bien sûr le premier d'entre eux, Jean-Pierre Girard, sont très sollicités. Jean-Pierre Girard en a l'habitude et il l'affirme : le maire, même à distance, reste bel et bien Vincent Chriqui. « Il n’y a pas carence de l’exécutif, depuis trois ans Vincent Chriqui et moi avons fait un tandem. La maison est bien gardée, les dossiers sont bien traités, les Berjalliens peuvent être rassurés ».

Ce tandem, sur lequel le premier adjoint semble pédaler davantage que le maire, n’est pas fait pour rassurer tous les habitants de Bourgoin-Jallieu. « Il ferait mieux de se tenir à sa place et de s’occuper de la ville », bougonne un passant. Un autre enfonce le clou : « ce n’est pas honnête de sa part. Quand il était venu sur Bourgoin, il nous avait promis qu’il y passerait tout son temps. Il n’est pas disponible pour ses administrés ». Une femme ironise : « J’ai l’impression qu’on va vite le revoir dans ses fonctions de maire, parce que François Fillon n’est pas en très bonne posture. ». Un homme semble plus confiant : « Il a l’air de dire que ça ne posera pas de problème, tant mieux. On espère que ça ne changera rien pour la ville de Bourgoin et qu’il fera du bon boulot quand même, là où il veut le faire ».

Quoi qu’il en soit, ce n’est pas un hologramme mais un Vincent Chriqui en chair et en os qui présidera la réunion du conseil municipal jeudi 9 mars, à 20 heures.