Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Élections territoriales en Corse

Le préfet de Corse met les points sur les "i" avant les territoriales

mercredi 27 septembre 2017 à 20:31 Par Hélène Battini et Marion Galland, France Bleu RCFM

Loi antiterroriste, emploi, déchets, le préfet de région s'est exprimé ce mercredi matin sur un certain nombre de sujets, une façon pour le représentant de l'Etat de faire quelques mises au point générales avant que la campagne électorale ne débute et qu'il soit soumis à un devoir de réserve.

Bernard Schmeltz, préfet de Corse
Bernard Schmeltz, préfet de Corse

Corse, France

Le "faux" débat Corse à l'Assemblée Nationale

Bernard Schmeltz est ainsi revenu sur notamment le projet de loi antiterroriste, "un faux débat" quand on y implique la Corse selon lui, ce projet n'a été créé qu'à la suite des attentats commis par DAESH. « C’est un faux débat parce que dans toutes les présentations qui ont été faites celles auxquelles j’ai moi-même assisté par le Président de la République ou le Ministre de l’Intérieur, on est bien dans le cadre d’un dispositif destiné au-delà de l’État d’urgence qui ne peut pas être prolongé indéfiniment, à doter l’État, la justice, des moyens juridiques permettant d’agir contre une menace qui est celle de DAESH et du terrorisme issu de l’islam radicale, et dans aucun débat ou présentation il n’a été question d’utiliser ces moyens juridiques pour dans un objectif différent. »

La situation "préoccupante" des déchets...

Sur la problématique des déchets il a parlé d'une situation "préoccupante", indiquant la nécessité absolue de trouver une solution dans les deux ans. « On est toujours sur une situation d’extrême tension. Il faut pouvoir indiquer ce que sera à échéance de deux ans le devenir du traitement des déchets en Corse avec une réduction extrêmement volontaire des volumes à enfouir et de nouveaux sites. Le site de Tallone 3, qui fait partie des solutions de transition, et à terme si la montée en puissance du tri se fait de façon suffisante deux autres sites pourraient tout à fait suffire… »

"Aucune défaillance de l’État" dans la gestion des incendies

Le représentant de l’État est également revenu sur la polémique autour des interventions sur les feux de forêt. "Il n'y a pas eu de défaillance de l’État, chaque jour plus de 850 hommes, Corses et venus du continent étaient sur le terrain. Plus de 1000 heures de vols et 3600 largages ont été effectués cette saison, cela représente 44% des largages effectués sur toute la zone Sud-Est de la France".

La très contestée charte de l'emploi local

La dernière mise au point de Bernard Schmeltz concerne la charte sur l'emploi local et un courrier d'avertissement qu'il avait envoyé au printemps aux organisations patronales et syndicales. « Les services de l’État sont totalement impliqués dans le développement du marché local de l’emploi... Dans le texte de la charte qui a été élaborée en Corse il y a un certain nombre de mentions qui présentent un risque de fragilité juridique…Mon propos n’était pas de susciter ou de m’immiscer dans un débat politique, c’était simplement dans le rôle qui est le mien de dire quel était le droit applicable, Français mais aussi Européen et de pointer qu’il y avait là un risque juridique que des personnes évincées d’un recrutement puissent faire état d’une discrimination pour des raisons illicites. »

"Arrêter avec les clichés"

Enfin Bernard Schmeltz a tenu à dire qu'il fallait arrêter avec les clichés, "il n'y a pas d’État colonial en Corse, pas de justice politique ni de rapport de force systématique, la violence ne doit pas devenir un mode d'expression".