Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

PMA : après sa convocation place Beauvau, le préfet des Pays de la Loire reconnaît une expression "inadéquate"

Lors de ses vœux au monde économique, lundi soir, le préfet des Pays de la Loire est sorti de son devoir de réserve. Claude d'Harcourt a exprimé ses doutes sur l'extension de la PMA à toutes les femmes. Il a été convoqué au ministère de l'Intérieur pour s'expliquer sur ses propos.

Le préfet de Loire-Atlantique, Claude d'Harcourt.
Le préfet de Loire-Atlantique, Claude d'Harcourt. © Radio France - Sixtine Lys

L'extension de la PMA pour toutes les femmes, actuellement étudiée au Sénat dans le cadre du projet de loi bioéthique, ne plait visiblement pas à Claude d'Harcourt. Après ses propos polémiques, le préfet des Pays de la Loire a été convoqué ce mercredi matin place Beauvau pour un recadrage.

La PMA pour toutes, "une rupture anthropologique" majeure pour le préfet

Le site d'investigation Médiacités révèle que lors de ses vœux au monde économique, lundi soir, Claude d'Harcourt a évoqué le projet du gouvernement, qui représente pour lui une "rupture anthropologique majeure". Des propos qui ont bien entendu été relevés par de nombreuses personnes présentes. Un élu La République en Marche, qui souhaite garder l'anonymat, avoue avoir été scandalisé par ces mots.

Un autre élu de la majorité présidentielle se dit "outré", et explique "avoir fait remonter les propos du préfet". Ce même élu estime que le préfet ne doit pas être un commentateur politique qui donne son avis personnel, encore moins sur un projet de loi porté par le gouvernement.

Une convocation pour rappeler ses obligations au préfet

Cette indignation a donc été entendue au niveau du gouvernement. Claude d'Harcourt était convoqué ce matin au ministère de l'Intérieur pour livrer ses explications. Une source proche du ministre Christophe Castaner explique qu'il s'agit aussi de "rappeler au préfet ses obligations", et notamment le devoir de réserve absolu des préfets. Une sanction contre le préfet avait été envisagée, mais suite à sa convocation et à ses explications, l'idée a été abandonnée par le ministère de l'Intérieur.

A la suite de cette réunion, Claude d'Harcourt a réagi à la polémique. "Il reconnaît que son expression, même s'il a pris soin de préciser qu'il s'agissait de son opinion personnelle, dès lors qu'elle était publique, était inadéquate", détaille la préfecture des Pays-de-la-Loire dans un communiqué. "Il a eu l'occasion de fournir ce matin des explications au ministre de l'Intérieur, qui lui a rappelé ses obligations."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu