Politique

Le président du Sénat en Moselle, pas pour François Fillon, mais pour "écouter les maires"

Par Cécile Soulé, France Bleu Lorraine Nord lundi 27 février 2017 à 17:50

Le président du Sénat Les Républicains Gérard Larcher au salon de la sécurité et des polices municipales à Woippy
Le président du Sénat Les Républicains Gérard Larcher au salon de la sécurité et des polices municipales à Woippy © Radio France - Cécile Soulé

Le président du Sénat, Gérard Larcher, était en visite ce lundi en Moselle, d'abord chez son collègue Les Républicains François Grosdidier, à Woippy, puis à Florange et Metz. Il assure ne pas être en campagne pour François Fillon mais pour écouter les maires bouleversés par la réforme territoriale.

Le 2e personnage de l'Etat, le président du Sénat, était en visite ce lundi en Moselle. Gérard Larcher, soutien de François Fillon dans la campagne présidentielle, a passé la matinée chez son collègue Les Républicains, le sénateur-maire de Woippy, François Grosdidier, d'abord au salon de la sécurité et des polices municipales, puis à la rencontre d'habitants du quartier St Eloi. Il a aussi présidé un buffet-débat avec 250 maires de Moselle.

"Je ne suis pas venu par rapport à mon candidat, je suis venu pour écouter les communes"

Réputé pour son coup de fourchette, Gérard Larcher, après avoir avalé un gâteau, l'assure: il n'est pas venu en Moselle pour faire campagne pour François Fillon, toujours en baisse dans les sondages, mais pour écouter les maires: "Je ne suis pas venu par rapport à mon candidat, je suis venu pour écouter les communes. Je suis venu pour entendre comment ils vivent la nouvelle réforme territoriale, la loi Nôtre". Gérard Larcher le dit avec le sourire, "le maire est à portée d'engueulade, c'est lui qui au fond est l'interlocuteur des citoyens".

"On essaie de nous noyer dans une masse de plus en plus grande alors que la commune reste le lien le plus fort avec les habitants"

Mais pour les 250 maires de Moselle réunis à Woippy, les temps sont durs. Rémi Schwenck, maire de Rettel, 800 habitants dans le pays des 3 frontières, regrette les baisses de dotation de l'Etat et, avec la réforme territoriale, d'être noyé dans une nouvelle intercommunalité: "On a été marié de force avec celle de Bouzonville. Les deux communautés de communes n'ont absolument pas le même bassin de vie. On essaie de nous noyer dans une masse de plus en plus grande alors que la commune reste le lien le plus fort avec les habitants". Pour rassurer les maires, François Grosdidier, sénateur-maire de Woippy, explique que le Sénat est là pour les défendre: "Le Sénat a protégé les communes autant que faire se peut dans le cadre de la réforme territoriale, a préservé les moyens juridiques d'action des maires". Le gouvernement de son côté a voulu créer des intercommunalités plus grandes, au moins 15.000 habitants au lieu de 5.000, pour qu'elles aient, explique-t-il, davantage de capacité à agir.

Ce lundi après-midi, Gérard Larcher s'est aussi rendu à Metz et Florange.