Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le président réélu de la région Normandie Hervé Morin préfère retenir son score plutôt que l'abstention

Invité sur France Bleu en Normandie ce lundi matin, le président réélu de la région Normandie Hervé Morin s'est réjouit de son score lors du deuxième tour du scrutin régional ce dimanche. Avec 44% des suffrages, il rempile pour un nouveau mandat.

Hervé Morin président Région Normandie
Hervé Morin président Région Normandie © Radio France - Anthony Raimbault

Avec 44%, le centriste Hervé Morin s'est largement imposé ce dimanche lors du second tour des élections régionales en Normandie. Il devance la candidate socialiste et écologiste Mélanie Boulanger (26%) et le Rassemblement national de Nicolas Bay à 20%. Laurent Bonnaterre, pour la majorité présidentielle, complète le quatuor à 9,8%. 

Le verre à moitié plein

Malgré une abstention très élevée, à 67%, Hervé Morin préfère retenir son bon résultat. "Je continue à penser que notre score très largement supérieur à celui réalisé en 2015 est d'abord la reconnaissance du travail", confie-t-il ce matin sur France Bleu en Normandie. Pourtant, avec la faible participation, Hervé Morin ne collecte que 332 000 voix contre près de 500 000 en 2015, c'est l'argument notamment de Nicolas Bay qui remet en cause sa légitimité. "On peut faire ça à toutes les élections", répond Hervé Morin. 

"Considérer que l'abstention est simplement liée à la méfiance est un peu court. Il y a l'épidémie ou encore un manque de pédagogie sur ce qu'est un conseil régional", poursuit-il.

Une prime au sortant ?

Un peu facile également le terme de "prime au sortant", selon le président réélu. "Ça a un côté un peu désobligeant. Je pense qu'il y a avant tout des Français qui ont intégré le conseil régional. Ils ne savent pas forcément ce qui s'y fait, mais ils savent qu'il y a des enjeux stratégiques considérables. Et il ne faut pas oublier que le président de région était là quand ça allait mal", argumente-t-il en évoquant les 3 millions de masques achetés au plus fort de l'épidémie.

Des punitions sur salaire ?

Hervé Morin compte également frapper fort pour exiger une participation maximale des conseillers régionaux. "Il y en a qui n'ont quasiment pas foutu les pieds au conseil régional pendant 6 ans. Je pense à une candidate du PS notamment", lâche-t-il. La solution ? Frapper fort en proposant des retenues sur salaire pour les conseillers peu exemplaires sur leur présence au conseil régional. 

Réécoutez l'interview d'Hervé Morin sur France Bleu en Normandie.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess