Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 78 départements en vigilance orange
Politique

Le principe de création d'une Collectivité Unique de Corse voté à l'Assemblée nationale

-
Par France Bleu RCFM

Le principe de création d'une Collectivité Unique de Corse a été voté dans la nuit en première lecture à l'Assemblée nationale. Il s'agit d'un amendement déposé par le gouvernement dans le cadre de la loi sur la Nouvelle Organisation Territoriale de la République, la loi NOTRE. Dans un hémicycle, où seule une trentaine de députés étaient présents, il a été adopté après une petite heure de débat.

Assemblée Nationale
Assemblée Nationale © Radio France

L’amendement avait été déposé par le gouvernement dans le cadre de l'examen de la loi sur la Nouvelle Organisation Territoriale de la République, la loi NOTRe. 

Le vote est intervenu après minuit, au terme d'un débat qui n'aura pas duré plus d'une heure, dans un hémicycle quasiment désert. Un débat principalement animé, et ce n’est pas une surprise, par les députés corses.

A commencer par le député de Corse-du-Sud, Camille de Rocca Serra, qui a déposé un certain nombre d'amendements à cet amendement, notamment pour que soit retenu le principe d'un référendum comme en avait pris l'engagement l'Assemblée de Corse. Sur la même longueur d'onde, son homologue UMP, Laurent Marcangeli, affirme que le compte n'y est pas.

COLLECTIVITE UNIQUE / MARCANGELI

Au final, les deux députés se sont abstenus. En revanche, Paul Giacobbi a voté pour. Il faut savoir ce que l'on veut, a insisté le député de la Haute-Corse, même s'il ne s'agit, dit-il, que d'un premier pas.

COLLECTIVITE UNIQUE / GIACOBBI

Hormis les trois députés insulaires présents, peu de prises de parole, si ce n'est celle de Benoist Apparu, député UMP de la Marne, qui ne comprend que l'on accorde à la Corse ce que l'on refuse à d'autres régions.

COLLECTIVITE UNIQUE / APARU

 

 

Quand à Marilyse Lebanchu, la ministre de la décentralisation, elle a defendu l'amendement, faisant valoir de nombreux arguments.

9h/ COLLECTIVITE UNIQUE/LEBRANCHU.

Marilyse Lebranchu a donné rendez-vous aux élus corses le 13 avril à Paris pour poursuivre le dialogue.