Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Le projet de métropolisation définitivement enterré par Toulouse Métropole

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Occitanie

Toulouse et Nice annoncent ce mercredi 13 février 2019 que "les conditions actuelles" ne permettent pas de réaliser le projet de métropolisation. Après Bordeaux, Nantes, Lille, Toulouse se retire et relance sa coopération avec le Conseil départemental de Haute-Garonne.

Jean-Luc Moudenc, président de Toulouse Métropole
Jean-Luc Moudenc, président de Toulouse Métropole © Maxppp -

Haute-Garonne, France

Le Conseil départemental de Haute-Garonne et Toulouse Métropole ont transmis chacun leur communiqué ce mercredi pour annoncer la fin du projet de métropolisation. La fusion des Conseils départementaux avec les métropoles sur le modèle de Lyon. 

Conséquence de la crise des gilets jaunes ? 

Toulouse Métropole a d'abord publié un communiqué conjoint avec la ville de Nice  : "_Les présidents de Toulouse Métropole, Jean-Luc Moudenc, et de la Métropole Nice Côte d’Azur, Christian Estrosi, font le constat que les conditions actuelles ne permettent plus d’aller sereinement vers la réforme territoriale annoncée par le Gouvernement concernant l’évolution des métropoles à dimension européenne_." Toulouse renonce ainsi au projet de métropolisation après Bordeaux, Nantes et Lille. Emmanuel Macron avait pourtant reçu à deux reprises ces grands maires pour les convaincre d'accepter cette réforme.  

"C'était au gouvernement d'enclencher les choses. Le calendrier qu'il avait fixé n'est pas respecté. Nous n'avons rien vu venir et désormais nous constatons que c'est trop tard. C'était une bonne idée mais faire cette réforme avant les municipales ce n'est pas réaliste et ce n'est plus d'actualité. La question des gilets jaunes paralyse beaucoup de réformes, ce sujet comme tant d'autres". Jean-Luc Moudenc, maire LR de Toulouse 

Satisfaction du Département et accord de coopération

De son côté, le département de Haute-Garonne présidé par le socialiste Georges Méric se félicite de cette annonce : "une décision de bon sens. À l’heure où l’unité nationale est ébranlée et où les citoyens demandent plus de justice sociale et territoriale et plus de démocratie locale de proximité, l’affaiblissement des départements serait un non sens et une erreur politique majeure" peut-on lire dans un communiqué commun aux conseils départementaux concernés.

Toulouse et le Conseil départemental de Haute-Garonne ont publié dans la foulée un communiqué commun où les deux collectivités annoncent un accord de coopération. Il prévoit entre autre de construire le nouveau pont sur la Garonne au nord de Toulouse ou encore l'agrandissement ou la construction de sept collèges dans la métropole, soit un investissement de 116 millions d'€. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu