Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

En reconstruction, le PS renoue avec La Rochelle pour sa rentrée

-
Par , France Bleu La Rochelle, France Bleu

C'était l'engagement d'Olivier Faure au moment de prendre les commandes du PS : le parti retrouve La Rochelle pour son université d'été, rebaptisée Campus 19. Humilité et ouverture sont au menu.

Le parvis de l'espace Encan se couvre de structures étranges, des Géodes, chargées d'abriter les débats entre le parti socialiste et le grand public, à l'occasion du Campus 19.
Le parvis de l'espace Encan se couvre de structures étranges, des Géodes, chargées d'abriter les débats entre le parti socialiste et le grand public, à l'occasion du Campus 19. © Radio France - julien fleury

La Rochelle, France

Depuis mercredi après-midi, 400 élus socialistes sont réunis à l'espace Encan à La Rochelle, pour leur traditionnel séminaire de rentrée. Ils seront rejoints vendredi après-midi par 800 militants supplémentaires, pour le coup d'envoi de l'université d'été du PS, rebaptisée Campus 19. En tout, cela fait donc 1.200 personnes, loin des 4.000 militants accueillis il y a quatre ans pour le dernier rendez-vous de fin d'été sur le Vieux port. Entre-temps, le Parti socialiste a connu la déroute aux élections nationales. Désormais le parti la joue donc modeste et collectif.

La modestie d'abord. Fini l'entre-soi derrière les murs de l'espace Encan, abritant des ministres coupés du monde par des cordons policiers. Le parvis se hérisse de tentes et autres structures baptisées géodes. Autant de forums ouverts à tous, assure Cyril Chappet, numéro 1 du parti en Charente-Maritime : "la volonté c'est d'ouvrir sur l'extérieur, et de faire en sorte que tout citoyen intéressé par les questions de société, la politique, l'avenir du parti socialiste, peut participer et rencontrer par exemple des parlementaires."

Depuis mercredi, 400 élus socialistes sont réunis à La Rochelle pour leur séminaire de rentrée. Ils seront rejoints vendredi par 800 militants du Campus 19, le nouveau nom de l'université d'été. - Radio France
Depuis mercredi, 400 élus socialistes sont réunis à La Rochelle pour leur séminaire de rentrée. Ils seront rejoints vendredi par 800 militants du Campus 19, le nouveau nom de l'université d'été. © Radio France - julien fleury

Le reste de la gauche est invité

Autre nouveauté, la place faite aux autres composantes de la gauche. Désormais le PS est partageur. De la France insoumise au PRG en passant par Place publique et Génération(s), neuf formations auront accès aux différentes tribunes. A une grosse exception près : Europe écologie les Verts a décliné l'invitation, regrette Cyril Chappet : "Après leur excellent score aux européennes, il faut qu'ils remettent les pieds sur cette Terre à laquelle ils sont profondément attachés. Ce serait bien qu'ils discutent avec ceux qui les ont aidés parfois à réussir."

Les élections occuperont bien sûr une grande place dans les débats, à sept mois des municipales : "Nous organisons des formations pour ceux qui sont amenés à être candidats, pour connaître les aspects juridiques, comment bien communiquer... Et effectivement ce sera dans la tête de beaucoup de camarades, que ce soit ici ou ailleurs." Pour ces municipales le PS espère bien sûr conserver ses fiefs comme Paris, et en reconquérir d'autres. Mais promis : pour l'élaboration des listes ce sont les militants de terrain qui choisiront leurs alliances politiques. Fini le dogmatisme. Il faut dire que le parti n'en a plus vraiment les moyens.

Jean-François Fountaine chez lui

A l'espace Encan, le maire de La Rochelle est comme chez lui. Le PS, qui n'a pas les moyens de mener une liste autonome, veut proposer son soutien au maire sortant, pourtant exclu pour dissidence. - Radio France
A l'espace Encan, le maire de La Rochelle est comme chez lui. Le PS, qui n'a pas les moyens de mener une liste autonome, veut proposer son soutien au maire sortant, pourtant exclu pour dissidence. © Radio France - Julien Fleury

A l'espace Encan, le maire de La Rochelle Jean-François Fountaine est un peu chez lui au milieu des élus socialistes. Pourtant, l'édile a été exclu du PS il y a cinq ans lors des dernières municipales. Une dissidence qui semble oubliée : "Je vois avec satisfaction des manifestations de soutien, c'est agréable" confirme Jean-François Fountaine.

Soutenir le maire sortant, c'est à vrai dire la seule option pour les socialistes. Trop faibles pour mener une liste autonome, et toujours fâchés avec l'autre candidat probable, le député Olivier Falorni. Le tombeur de Ségolène Royal est marqué au fer rouge, confirme le numéro 1 départemental du PS, Cyri Chappet : "A titre personnel, je déteste la trahison. Le temps pansera certainement les blessures, mais pour l'instant ce n'est pas le cas."

Reste à savoir quelle forme prendra ce soutien, sachant que Jean-François Fountaine est aussi courtisé par la République en marche et les Verts. Pas de quoi inquiéter l'intéressé : "Mon équipe actuelle rassemble des gens du Modem jusqu'aux écologistes. Ce que nous avons fait hier, pourquoi ne pourrait-on pas le refaire demain ? Donc mon idée c'est de rassembler, mais si quelqu'un veut nous soutenir, ce sera sur la base du projet que nous construirons !"

Guerre fratricide à La Rochelle

A titre personnel, l'élue socialiste rochelaise Catherine Benguigui serait prête à rejoindre le maire sortant. Ce qu'elle craint c'est surtout une nouvelle guerre fratricide avec les falornistes, issus pour beaucoup de la gauche : "Moi je ne critiquerai personne. Parce qu'il faut essayer de tirer le meilleur des uns et des autres. Et ne pas se focaliser sur le négatif. Il faut des énergies positives pour avancer dans une ville !" Pour lancer son éventuelle candidature, Jean-François Fountaine donne rendez-vous au mois d'octobre.

Dans les autres fiefs perdus par le PS en Charente-Maritime, le parti soutient la candidature de Rémi Letrou à Rochefort. Pas de candidat désigné pour l'instant à Saintes où un groupe de travail allant du NPA au PS travaille pour l'instant à un programme municipal.

Des engins de chantier devant l'espace Encan qui retrouve un PS en pleine reconstruction. - Radio France
Des engins de chantier devant l'espace Encan qui retrouve un PS en pleine reconstruction. © Radio France - julien fleury
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu