Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Le Rassemblement national veut créer une nouvelle dynamique en Moselle

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Le Front national, rebaptisé officiellement Rassemblement national depuis le 1er juin, espère maintenant profiter d'une nouvelle dynamique en Moselle. Le parti compte bien réaliser un gros score aux élections européennes en 2019 et municipales en 2020.

Une réunion auprès d'adhérents du Rassemblement national de Moselle était organisée le 3 juin à Metz.
Une réunion auprès d'adhérents du Rassemblement national de Moselle était organisée le 3 juin à Metz. © Radio France - Jordan MUZYCZKA

Metz, France

C'est ce que l'on appelle "battre le fer tant qu'il est chaud". Aussitôt rebaptisé Rassemblement national, les cadres de ce qui fut le Front national (FN) sont sur le terrain pour rassurer et (re)motiver les troupes. 

Dimanche 3 juin, c'est le député du Nord et porte-parole du RN, Sébastien Chenu, qui est venu en Moselle, à Metz. Il est allé à la rencontre des adhérents, dans cette terre qu'il qualifie de "très prometteuse" où le parti frontiste avait réalisé de "beaux résultats" par le passé (comme en 2017, avec 5 face-à-face sur 9 au second tour des élections législatives; ou 28,35% de voix au premier tour de l'élection présidentielle, NDLR).

Être plus ouvert, tout en conservant les "piliers" du parti

Mais pour cela, une "rénovation de l'outil" était obligatoire argumente Sébastien Chenu, qui souligne un appareil désormais plus à "l'écoute" des adhérents: "La question de la sortie de l'Euro par exemple nous y avons renoncé parce que nous avons entendu le message des Français".

Nous avons pleins de choses à dire sur la société de consommation, l'écologie, la santé ou l'éducation. Des thématiques qui ont peut-être été peu explorées dans le passé par le FN." Sébastien Chenu, porte-parole du Rassemblement national

Mais celui qui collabore avec Marine le Pen depuis 2014 ajoute que les piliers de l'ancien parti frontiste demeurent, comme la "défense de la souveraineté nationale" ou la "lutte contre la submersion migratoire".

L'auditoire se montre attentif et réceptif. Il faut dire que plus d'un adhérent sur deux, à l'échelle nationale, a voté pour changer ou non le nom du parti. Et 80% ont choisi la nouvelle dénomination actuelle

Mais certains ne cachent pas regretter le Front National, "surtout par rapport à son histoire", explique un militant; un autre rajoute que c'est à contre cœur qu'il a glissé un bulletin en faveur du changement, "pour essayer de rassembler des gens qui n'auraient pas osé venir avant".

Cap sur la Moselle-Est

Et il y a urgence. Si le RN ne communique pas officiellement quant au nombre de ses adhérents, la chute serait vertigineuse. Selon le Canard Enchainé, dans un article paru au début du mois d'avril, 80% d'entre-eux auraient quitté le navire en Moselle, certains tentés ou démobilisés par l'aventure Les patriotes de Florian Philippot. "Faux" rétorque son référent dans le département, Kévin Pfeffer, qui parle plutôt de "stagnation"ou concède une "baisse légère".

Avec la nouvelle identité du parti, le secrétaire départemental espère bien convertir la nouvelle dynamique en suffrages dans les urnes. "Le Front national représentait une barrière psychologique pour certaines personnes", explique-t-il. "Se présenter avec une étiquette FN dans une ville de 1000, 2000 habitants où tout le monde se connait, ce n'était pas facile". 

En 2014, seule Hayange avait réussie à élire un maire Front national. Pour le scrutin de 2020, l'objectif sera de faire beaucoup mieux, notamment en Moselle-Est, à "Forbach, Freyming-Merlebach, Sarreguemines où les responsable locaux sont implantés et connus".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu