Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
DIRECT - Grève du 5 décembre : plus de 510.000 manifestants dans près de 70 villes
Politique

Le Rassemblement National a choisi Bruno Paluteau pour mener la bataille des municipales à Bordeaux

-
Par , France Bleu Gironde

Ce chirurgien-dentiste actuellement conseiller municipal de Bègles annonce son objectif : dépasser la barre des 10% au premier tour de l'élection municipale bordelaise.

Bruno Paluteau mènera la liste Rassemblement National à Bordeaux.
Bruno Paluteau mènera la liste Rassemblement National à Bordeaux. © Radio France - Yves Maugue

Bordeaux, France

Le Rassemblement National a choisi sa tête de liste pour la bataille des municipales à Bordeaux l'an prochain. Il s'agit de Bruno Paluteau. Chirurgien-dentiste à Bordeaux, il est actuellement conseiller municipal de Bègles et conseiller régional. Bruno Paluteau a décidé de partir très vite en campagne car, il le sait, sa tâche sur Bordeaux, ne sera pas simple. Interview.

France Bleu Gironde : Quel sera votre objectif ?

Bruno Paluteau : Nous espérons faire 10% des voix et être présents au second tour de l'élection municipale à Bordeaux (10%, c'est la barre pour pouvoir se maintenir à l'issue du premier tour des municipales, NDLR). Bordeaux est une terre de mission pour nous. Les grandes villes sont moins favorables pour le Rassemblement National que les territoires ruraux, on le voit bien en Gironde notamment. Nous avons fait 9,4% à Bordeaux aux Européennes. Nous sommes pour la première fois devant les Républicains qui ont fait 9,02%. C'est de bon aloi pour la suite. 

On a besoin de se faire connaître.

Vous partez tôt en campagne ?

On a besoin de se faire connaître face à nos adversaires qui sont déjà installés et qui ont des moyens importants. Nous devons faire connaître notre programme et nos propositions. Et il faut également constituer la liste de 65 noms. Nous partons tôt pour améliorer nos scores dans les grandes villes. C'est important pour la conquête du pouvoir lors des élections suivantes, les présidentielles et les législatives.

Quelles seront les grandes lignes de votre programme ?

Nous voulons améliorer les conditions de vie des Bordelaises et des Bordelais. Sur la circulation, sur les impôts qui sont trop élevés. La sécurité est également un élément très important après ce qui s'est passé dans le quartier Saint-Michel la semaine dernière où des bandes agressives se sont affrontées devant les habitants, les passants et les touristes. La sécurité est la première des libertés.

Les autres candidats pas encore investis

Edwige Diaz, la présidente du Rassemblement National en Gironde n'a pour sa part toujours pas choisi la commune où elle se présentera. Elle sera candidate dans la 11ème circonscription (Haute-Gironde et pays de Guîtres), mais ce ne sera pas à Guîtres, la commune où elle habite, ni à Saint-André-de-Cubzac.  Le conseiller départemental du Nord-Médoc Grégoire de Fournas attend quant à lui son investiture à Pauillac. A Libourne, c'est Gonzague Malherbe, déjà candidat il y a six ans, qui devrait être tête de liste. Laurent Lamara devrait conduire la liste RN à Arcachon. "Nous serons présents dans de très nombreuses communes, affirme Edwige Diaz. Il faut transformer l'essai des Européennes où nous avons réalisé de gros scores dans de nombreuses communes rurales, ainsi que sur la rive droite de la Métropole"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu