Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Départementales dans les Pyrénées-Orientales : le Rassemblement national n'obtient aucun siège

-
Par , France Bleu Roussillon

Malgré ses ambitions dans les Pyrénées-Orientales, le Rassemblement national n'obtient finalement aucun siège de conseiller départemental, ce dimanche soir au second tour des élections. La gauche de la présidente sortante Hermeline Malherbe conserve la majorité absolue.

Après la dynamique créée par la victoire de Louis Aliot aux municipales de 2020 à Perpignan, le RN n'obtient finalement aucun conseiller départemental.
Après la dynamique créée par la victoire de Louis Aliot aux municipales de 2020 à Perpignan, le RN n'obtient finalement aucun conseiller départemental. © Maxppp - Clementz Michel

Il n'y aura pas de conseiller départemental RN dans les Pyrénées-Orientales. Le Rassemblement national espérait pourtant surfer sur l'élection de Louis Aliot à la mairie de Perpignan en 2020. Au premier tour de ces départementales, le RN s'est qualifié pour le second tour dans 14 des 17 cantons. Il est même arrivé en tête dans cinq cantons. Mais l'essai n'est pas transformé. "Tout le monde a ses responsabilités", reconnaît Louis Aliot ce dimanche soir. La gauche de la présidente sortante Hermeline Malherbe conserve la majorité absolue des sièges.

Pour ce second tour dans les Pyrénées-Orientales, l'abstention s'élève à 62%, soit deux points de moins que lors de premier tour. "Une mobilisation plus forte aurait pu faire basculer certains cantons, notamment à Perpignan", selon Louis Aliot. 

"Dès le départ, on aurait pu s'entendre avec la droite pour gérer le département. Elle n'en a pas voulu. Tant que la droite la plus bête du monde continuera à refuser notre main tendue, on sera dans cette situation."          
Louis Aliot, maire de Perpignan

Louis Aliot se dit satisfait, malgré tout.

Dans le canton du Premier ministre Jean Castex, le binôme sortant, de droite, est battu par la gauche.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess