Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Le remaniement n'aura pas lieu avant vendredi soir, annonce l'Elysée

mardi 9 octobre 2018 à 19:16 - Mis à jour le mercredi 10 octobre 2018 à 9:06 Par Viviane Le Guen et Thibaut Lehut, France Bleu

Le remaniement gouvernemental n'aura pas lieu avant vendredi soir et le retour d'Emmanuel Macron de son voyage en Arménie, annonce l'Élysée ce mercredi. Le Conseil des ministres se tiendra avec le gouvernement actuel ce mercredi matin.

Emmanuel Macron pendant un Conseil des ministres, début septembre.
Emmanuel Macron pendant un Conseil des ministres, début septembre. © AFP - LUDOVIC MARIN

Le remaniement gouvernemental, présenté comme imminent et provoqué par la démission la semaine dernière du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, n'aura pas lieu avant vendredi soir et le retour d'Emmanuel Macron d'Arménie, annonce l'Elysée ce mercredi.L'Elysée avait  annoncé un peu plus tôt que le Conseil des ministres, prévu ce mercredi à 10h à l'Elysée, se tiendra avec le gouvernement actuel, excluant de fait tout remaniement gouvernemental dans la matinée. Ce remaniement se fera par ailleurs sans démission du Premier ministre ni démission du gouvernement, a annoncé l'Elysée ce mardi soir.

Emmanuel Macron souhaite rendre "tout le temps nécessaire" 

Emmanuel Macron "souhaite prendre tout le temps nécessaire, dans le calme, le professionnalisme et le respect des personnes, à la composition d'une équipe cohérente et de qualité au service des Français", ajoute la présidence.

La ministre de la Justice Nicole Belloubet avait pourtant indiqué dimanche que le remaniement aurait lieu avant le conseil des ministres et le départ d'Emmanuel Macron pour l'Arménie.

Plusieurs noms cités pour remplacer Gérard Collomb 

Les supputations autour du casting de la future équipe gouvernementale vont bon train. Pour remplacer Gérard Collomb, l'exécutif pourrait être tenté de faire confiance à un expert, sur le modèle de Jean-Michel Blanquer à l'Éducation. Plusieurs noms ont été cités dans la presse : le procureur de Paris François Molins, la directrice de la PJ Mireille Ballestrazzi, le haut fonctionnaire Jean Castex, qui a servi Nicolas Sarkozy à l'Élysée, ou l'ancien patron de la police nationale Frédéric Péchenard. Parmi les politiques, sont évoqués les noms de Christophe Castaner, Jean-Yves Le Drian ou Gérald Darmanin.

Des ministres remerciés ?

Les ministres Françoise Nyssen (Culture), Jacques Mézard (Cohésion des Territoires) ou Stéphane Travert (Agriculture) sont évoqués comme possibles sortants. Le périmètre de plusieurs ministères pourrait être redessiné.

Les centristes du MoDem pourraient récupérer un ou deux portefeuilles, comme Marc Fesneau, leur chef de file à l'Assemblée, pressenti, entre autres, pour l'Agriculture. Egalement pressenti, Mathieu Klein, le président PS du conseil départemental de Meurthe-et-Moselle, a décliné l'invitation via Twitter.

Ce remaniement a été imposé à l'exécutif par la démission soudaine, le 2 octobre, du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, décidé à quitter Paris pour retrouver son fauteuil de maire de Lyon, après plusieurs désaccords sur l'immigration ou encore l'affaire Benalla. C'était le deuxième départ d'un ministre d'État du gouvernement en quelques semaines, après la défection surprise de Nicolas Hulot début septembre.