Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

"Le rôle d'un journal c'est de rendre compte de la réalité", estime le rédacteur en chef de la Voix du Nord

mardi 1 décembre 2015 à 7:43 Par Eric Turpin et Odile Senellart, France Bleu Nord, France Bleu Picardie et France Bleu

Jean Michel Bretonnier, le directeur de la rédaction de la Voix du Nord, était l'invité de France Bleu Nord mardi matin au lendemain de la prise de position du quotidien contre Marine Le Pen et le Front National. Il estime que le journal est dans son rôle.

La Voix du Nord et Nord Eclair : deuxième volet mardi sur le FN
La Voix du Nord et Nord Eclair : deuxième volet mardi sur le FN © Radio France - Eric Turpin

Est ce le rôle d'un journal de prendre position contre Marine le Pen et le Front National ? 

« Le rôle d'un journal c'est de rendre compte de l'actualité, de la réalité. C'est ce que nous faisons avec ses élections régionales », explique Jean Michel Bretonnier, le directeur de la rédaction de la Voix du Nord, sur France Bleu Nord au lendemain de la prise de position du journal contre Marine le Pen et le Front National. 

«  Nous avons rendu compte de l'actualité du Front National, de son programme comme de tous les autres. Mais nous rendons compte aussi d'une réalité même quand il nous semble aller au delà des apparences.  Il y a dans le Front National une ambiguïté particulière. Le Front National joue le jeu démocratique. Mais il a également une radicalité dans le discours dont il joue ». 

Marine Le Pen estime que c'est la contrepartie des 9 millions d'euros de subventions versés par le Conseil Régional.  

« En 2002, lors du débat entre Jacques Chirac et Jean-Marie Le Pen entre les deux tours, nous avions  déjà dit que nous refusions les extrêmes et Wéo, la chaîne de télé locale, n'existait pas à l'époque. 

Ensuite, il ne s'agit pas de subventions versés à la Voix du Nord mais du financement de coproductions de programmes régionaux qui sont diffusés sur la chaîne Wéo, dont le groupe Voix du Nord ne détient que 35% des parts. Nous ne touchons aucune subvention ». 

Dans votre édition mardi matin, vous ne voulez pas donner de consigne de vote, ni de leçon de morale. Est ce que ce n'est pas ce que vous faites à travers cette prise de position ?

« Non parce que les électeurs sont tout à fait libres de faire ce qu'ils veulent, y compris de voter pour le Front National après avoir écrit ce que nous avons écrit. Mais il nous a semblé que notre rôle était d'aller jusqu'au bout de notre métier en décrivant la réalité telle que nous la voyons, telle que nous l'analysons. Et nous prenons nos responsabilités » .

Au risque de perdre des lecteurs ? 

« Il y a dans la région un nombre d'électeurs du Front National important. Mais comme c'est un parti très clivant, il y aussi chez nos lecteurs des électeurs  qui ne sont pas du tout proches des idées du Front National et qui nous reprocheraient de ne pas aller jusqu'au bout de notre métier. 

Et si demain, cette région de 6 millions d'habitants tombait dans l'escarcelle du FN, peut-être nous dirait-on est ce que vous avez bien dit tout ce qu'il fallait nous dire avant ce premier tour ». 

Jean Michel Bretonnier, directeur de la rédaction de la Voix du Nord