Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Le scénario qui remplace l’A45 est déjà sur le bureau du préfet de Région

dimanche 22 avril 2018 à 19:01 Par Sandrine Morin, France Bleu Saint-Étienne Loire

Stéphane Bouillon, le nouveau préfet de Région, a rencontré plusieurs élus avec qui il a évoqué le plan B de l’A45. Un projet à 250 millions d’euros, avec un pont au sud de Givors semble tenir la corde.

L'A47 rénovée au niveau de Givors serait le projet préféré du préfet de la Loire.
L'A47 rénovée au niveau de Givors serait le projet préféré du préfet de la Loire. © Maxppp -

Saint-Étienne, France

Pas question de parler officiellement de ce nouveau scénario autour de la rénovation de l’A47. Ce serait reconnaitre que l’A45 est morte et enterrée. N’empêche depuis le coup de semonce du rapport Duron, qui renvoie aux calendes grecques l’autoroute entre Saint-Étienne et Lyon, l’État travaille au plan B et prépare l'après A45.   

Un pont au sud de Givors

Plusieurs scénarios sont étudiés mais un aurait la préférence du préfet de région. Stéphane Bouillon l’a exposé à plusieurs parlementaires ces dernières semaines. Il l’a aussi évoqué en creux lors d’une rencontre avec les acteurs de la CCI.  Ce scénario tourne autour d’une enveloppe de 300 à 400 millions d’euros apportés par l’État. 250 millions seraient consacrées à la construction d’un pont au sud de Givors. Une voie pour y accéder serait construite avant la ville, derrière le centre commercial, de l'autre côté du Gier, parallèlement à la ligne de chemin de fer. Tous les véhicules qui rejoindront Valence, Genève, Paris y seraient déviés pour désengorger l’A47 actuelle et empêcher les bouchons. Un nouveau circuit qui se baserait sur le renforcement du contournement Est de la  ville de Lyon que veut le préfet.  

Un plan B qui n'est pas nouveau, le député de la Loire Régis Juanico, notamment, plaide depuis longtemps pour un deuxième pont à Givors. Mais visiblement, cette fois le préfet de Région est convaincu. 

Ce scénario désengorgerait le nœud de Ternay. Mais il n’aurait pas beaucoup d’incidences dans la Loire. A ceci près qu’il pourrait être accompagné d’une réhabilitation de toutes les routes de cabotages (c’est-à-dire les petits trajets, par exemple pour quelques-uns qui feraient la route entre Saint-Chamond et Givors). Des voies d’accès à l’A47 pourraient être fermées et les départementales refaites pour inciter les automobilistes à les emprunter plus.   

70 à 90 millions d'euros pour le train  

Ce plan B – dont parle régulièrement le préfet Stéphane Bouillon - comporte aussi un volet ferroviaire. 70 à 90 millions d’euros pourrait être consacrés à la rénovation de la ligne entre TER entre Saint-Étienne et Lyon. L’idée (qui n’est pas neuve) c’est de faire un vrai RER entre les deux villes.

Jean-Luc Fugit est le député de Givors (il est également professeur à la faculté de Saint-Étienne en disponibilité à cause de son mandat. ) Il a évidemment beaucoup parlé avec le préfet de Région de ce plan B même s'il veut rester très prudent, car il sait le sujet très sensible dans la Loire. " L’État conduit une réflexion. Les autres projets c'est à minima un travail autour du pont de Givors sous-dimensionné, des aménagements sur l'A47 et une réflexion sur la ligne TER qui manque d'ambition. Là, on à l'air d'avoir des chiffres de 300 à 500 millions d'euros même si ce n'est pas moi qui mène les études", détaille le député. 

Le projet envisagé tourne donc autour de 400 millions d'euros, à comparer évidemment avec les deux milliards de l'A45.

Jean-Luc Fugit, député de Givors