Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Le secrétaire d'Etat Olivier Dussopt au contact pour défendre la réforme du financement des communes

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

A l'occasion de l'Assemblée Générale annuelle des maires du Puy-de-Dome, samedi 26 octobre, le secrétaire d'Etat, Olivier Dussopt, s'est rendu à Clermont-Ferrand pour expliquer la réforme de la fonction publique et de la fiscalité locale aux maires du département.

Le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Action et des comptes publics, Olivier Dussopt, a été reçu par l'ensemble des maires du Puy-de-Dome.
Le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Action et des comptes publics, Olivier Dussopt, a été reçu par l'ensemble des maires du Puy-de-Dome. © Radio France - Bastien Thomas

Clermont-Ferrand, France

"Les maires veulent pouvoir effectuer facilement leurs mandats, avoir moins de normes, de contraintes et compter sur l'Etat." Voici la conclusion des échanges entre le secrétaire d'Etat, Olivier Dussopt, et les maires du Puy-de-Dome à la fin de l'Assemblée Générale des maires du département qui s'est tenue, ce samedi 24 octobre, dans les salons de l'Hôtel de Ville de Clermont-Ferrand.

Le ministre est venu défendre les réformes de la fiscalité locale (notamment la suppression de la taxe d'habitation) et de la transformation de la fonction publiques, actuellement débattues au Parlement. 

Il a déclaré que la baisse des dotations serait stoppée pour l'année 2019 et "légèrement inversée pour 2020" ainsi que la compensation totale de la suppression de la taxe d'habitation, "à priori par le transfert de la taxe foncière des départements aux communes" détaille Flavien Neuvy, maire de Cébazat.

Les maires réclament plus de moyens financiers

C'était une évidence. La suppression progressive de la taxe d'habitation allait ponctionner encore plus les budgets des communes, déjà touchés par la baisse des dotations de l'Etat. Ce qui a obligé certains élus locaux à s'adapter en conséquence. C'est le cas de Sébastien Gouttebel, maire de Murol. "Pour compenser cette baisse, il aurait fallu que j'augmente les impôts de 48% et c'est illusoire de penser que l'on peut compenser par l'impôt" explique-t-il.

"Tous les ans, j'ai 140 000 euros de moins qu'il y a à peu près six ans. Donc il a fallu faire différemment, essayer de faire plus avec moins d'argent. On a réorganisé les choses." - Sébastien Gouttebel, maire de Murol.

Pourtant, les maires ont bien reçu la visite du secrétaire d'Etat. "J'apprécie que le secrétaire d'Etat soit venu parce que ce n'était pas facile pour lui. De nombreux maires se posent des questions sur un certain nombre de réformes en cours" précise Flavien Neuvy, maire UDI de Cébazat.

Olivier Dussopt a tenté d'expliquer la tenants et aboutissants de la réforme du gouvernement. "Ce sont des éléments très techniques et les maires des petites communes rurales sont perdus" raconte Sébastien Gouttebel avant d'ironiser : "mais pour ma part je croirais en ce que dit le ministre quand je verrai des dotations qui arriveront sur ma commune".

Les maires ont aussi exprimé leur souhait de retrouver certaines compétences, perdues au profit des intercommunalités notamment. "Les maires sont les premiers leviers de la démocratie. Quand un citoyen a un problème, il va voir son maire, à juste titre, pour lui demander de trouver une solution. Sauf que dans la plupart des cas, il lui répond que cela ne dépend pas de lui mais d'une autre administration" regrette le maire de Cébazat.

"Une vraie réforme, mais à mon avis on en est loin, serait de redonner la possibilité aux conseils municipaux et aux maires de choisir s'il veulent reprendre une compétence qui leur a été prise par une autre organisation." - Flavien Neuvy, maire de Cébazat.

Pour l'instant, les projets de loi sont en débat au Parlement et les maires du Puy-de-Dome devront encore attendre pour obtenir des réponses à toutes leurs questions.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu