Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le sondage à Nancy qui dope la gauche et fait causer au conseil municipal

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Le sondage de l’Ifop qui donne Mathieu Klein gagnant aux municipales à Nancy a été commenté en coulisse du conseil municipal, ce lundi. Si les débats ont été feutrés et qu’officiellement, personne n’est en campagne, les équipes se préparent discrètement à une bataille électorale serrée.

Les bureaux de la mairie de Nancy pourraient être occupés par la gauche en 2020 selon un sondage de l’Ifop.
Les bureaux de la mairie de Nancy pourraient être occupés par la gauche en 2020 selon un sondage de l’Ifop. © Radio France - Thierry Colin

Les équipes se préparent à une bataille électorale serrée pour accéder aux bureaux de l’hôtel de ville, place Stanislas, après la diffusion d’un sondage qui donne Mathieu Klein vainqueur face à Laurent Hénart.  Une photographie de l’électorat qui étudie les unions ou désunions à droite à gauche avec l’éventuelle présence de Nadine Morano menant une liste LR.

Je ne me laisserai pas distraire par une campagne électorale qui débuterait trop tôt

Le président socialiste du Conseil départemental, Mathieu Klein, ne commente pas ce sondage commandé par le parti socialiste mais laisse parler sa garde rapprochée. De son côté, Laurent Hénart, le maire de Nancy estime que «ça n'a pas grand sens» en expliquant que « la dernière élection municipale, il y a 5 ans, des sondages avant le premier tour donnaient la gauche gagnante donc ça veut dire que la campagne elle sert à quelque chose que les gens réfléchissent beaucoup avant de voter». Et Laurent Hénart de poursuivre : «je ne me laisserai pas distraire par des manœuvres partisanes ou une campagne électorale qui débuterait trop tôt».

Celui qui dirait qu’il ne pense pas à la campagne des municipales serait un peu menteur

On temporise et on relativise aussi du côté des élus Les Républicains et pour Valérie Debord, adointe au maire LR de Nancy, les négociations pour une liste commune ou pas avec Laurent Hénart «n’ont pas commencées» .

Rien ne semble bouger, mais à huit mois des municipales, le sondage Ipsos commandé par le Parti Socialiste, qui a interrogé 603 nancéiens par téléphone entre les 13 et 15 juin, fait parler dans les grands salons de l’hôtel de ville, place Stanislas. Pour Claude Grandemange, adjoint à l’urbanisme, «il faut toujours tenir compte des sondages, celui qui dirait qu’il ne pense pas à la campagne des municipales serait un peu menteur». 

53% pour Mathieu Klein au second tour

Selon L’Ipsos, Mathieu Klein l’emporterait au second tour des élections municipales face à Laurent Hénart avec 53% pour le candidat socialiste contre 47% pour le maire sortant centriste. Mais si tout le monde relativise le sondage, qui n’est qu’une photographie avant que la campagne électorale ne débute, on s’active déjà en coulisse pour rassembler des noms et pour alimenter un projet. 

Je n’ai jamais fait acte de candidature à Nancy

Nadine Morano, citée dans ce sondage comme possible tête de liste LR à Nancy estime que c’est une «extrapolation»  et la secrétaire départementale Les Républicains et vice-présidente de la commission nationale d’investiture des Républicains estime «nous ne sommes pas dans les discussions sur les municipales et je n’ai jamais fait acte de candidature à Nancy» rappelant qu’elle vient d’être élue pour un mandat européen soumis à la règle du non-cumul.  Mais la députée européenne a un «regard particulier» sur Nancy et Nadine Morano estime que «Laurent Hénart a rompu l’accord» passé entre les partis en 2014. 

Cela démontre qu’aujourd’hui, les nancéiens sont prêts au changement

Les socialistes, qui ont commandé l'étude, estiment que ce sondage va mobiliser les troupes et pour Chaynesse Khirouni, «cela démontre qu’aujourd’hui, les nancéiens sont prêts au changement», en mettant un bémol, «un sondage ne fait pas le printemps d’une victoire, ça nécessite surtout de continuer à se rapprocher des habitants pour construire un projet»

Et Bertrand Masson de constater : «les jeux ne sont pas fait à Nancy et ce n’est pas gagné d’avance pour Laurent Hénart» et le chef de fil de l’opposition de gauche au conseil municipal de Nancy de relativiser : «ce sondage est un indicateur parmi d’autres». 

Nous dirons à l’automne si notre stratégie est l’indépendance ou la coalition

Une couleur se distingue, le vert…  Et le conseiller départemental de Meurthe-et-Moselle, Frédéric Maguin, s’il se lançait dans une liste Europe Ecologie les Verts à Nancy, serait crédité de 20% dans ce sondage Ifop. Frédéric Maguin se dit : «surpris mais pas étonné suite aux résultats des européennes» et pour lui, il n’y aura pas d’accélération, «nous dirons à l’automne si notre stratégie est l’indépendance ou la coalition. Et par la suite, ce sera un projet et des orientations qui seront arrêtés à l’hiver».

La campagne n'a pas commencé et il semble trop tôt pour afficher des alliances, des listes, des noms ou des projets mais on se prépare en coulisse aux municipales de mars 2020. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess