Politique

Le traitement des déchets, source de frictions dans le Cap-Corse

Par Patrick Rossi, France Bleu RCFM mercredi 30 mars 2016 à 10:15

La communauté des communes à fait le choix de l'apport volontaire
La communauté des communes à fait le choix de l'apport volontaire

Le traitement des déchets ménagers à l’origine de frictions entre quelques maires et la communauté de communes du Cap Corse. Deux modes s’opposent. Les uns réclament une collecte en porte à porte lorsque d’autres ont fait le choix des points d’apports volontaires.

Traiter les déchets ménagers n’a jamais été chose aisée. Le Cap Corse, comme bien d’autres régions, le vérifie. Des efforts ont été engagés dans cette micro-région pour valoriser les déchets et envoyer des quantités moindres vers les centres techniques d’enfouissement. Mais les politiques mises en œuvre ne conviennent pas à tous. Ainsi, les maires de quatre communes du Cap Corse, soutenus par le collectif Zeru Frazu, réclament avant l'été une autre gestion des déchets. Inquiets, ils contestent les choix fait par la communauté des communes. Celle-ci a pris la voie des points d'apports volontaires, au détriment d’une collecte en porte à porte. Ce système n'est pas adapté au territoire du Cap Corse reproche Christian Novella, le président de l'associu Albore Ulmitese, association citoyenne de la micro-région. "Il faut que l'on fasse 6 kilomètres pour trier les déchets. Cela n'incite aps les gens à le faire"

Christian Novella, le président de l'associu Albore Ulmitese

Les maires contestataires sont favorables à une collecte en porte à porte. C'est le cas notamment de David Brugioni, le maire de Centuri selon qui "le président de la communauté des communes ne prend pas le problème en considération. Il n'est pas suffisamment impliqué sur le territoire pour savoir ce qu'il se passe en matière d'ordures ménagères".

David Brugioni, le maire de Centuri

Le village de Barrettali, pour sa part, a instauré sa propre méthode de tri.Anthony Hottier, le premier magistrat de la commune indique "le village a mis en place son propre tri sélectif avec ses petits moyens. La commune a ainsi distribué des composteurs, des sacs de tri qui sont par la suite collectés pour être transportés vers les points d'apports volontaires. Une politique qui permet d'atteindre un taux de 50% de tri sélectif".

Anthony Hottier, le maire de Barrettali

Face à ces critiques, Pierre Chaubon, le président de la communauté du Cap Corse, dit ne rien avoir à se reprocher et parle d'instrumentalisation. "Chez moi, dans la communauté de communes, ce sont les majorités qui font la politique. Je trouve scandaleux d'instrumentaliser la gestion des déchets à des fins politiciennes. Ce sont des problèmes extrêmement complexes, et on ne les résout pas comme ça, d'un claquement de doigts".

Pierre Chaubon, le président de la communauté des communes du Cap Corse