Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le vide à moitié vert : le livre qui décortique le premier mandat d'Éric Piolle, maire de Grenoble

-
Par , France Bleu Isère

Vincent Peyret, rédacteur en chef du bimestriel satirique grenoblois, Le Postillon, publie aujourd'hui un livre intitulé : "Le vide à moitié vert. La Gauche Rouge-Verte au pouvoir. Le cas de Grenoble". Autopsie féroce mais lucide, diront certains, du premier mandat de l'écologiste Éric Piolle.

Le livre de Vincent Peyret est en vente aujourd'hui dans toutes les bonnes librairies
Le livre de Vincent Peyret est en vente aujourd'hui dans toutes les bonnes librairies © Radio France - Véronique Pueyo

Vincent Peyret, le rédacteur en chef du bimestriel satirique grenoblois Le Postillon, publie aujourd'hui un livre intitulé : "Le vide à moitié vert. La Gauche Rouge-Verte au pouvoir. Le cas de Grenoble". C'est une analyse plutôt féroce mais lucide, diront certains, du premier mandat de l'écologiste Éric Piolle, qui, depuis sa réélection en juin dernier, malgré un taux d'abstention de 65 %, a désormais les yeux rivés vers l'Élysée.

Ecoutez l'interview de Vincent Peyret

Pourquoi avez-vous eu envie d'écrire ce livre ?

Quand Éric Piolle a été élu en 2014, il était le premier maire écologiste d'une ville de plus de 100 000 habitants et représentait un formidable espoir. Durant 6 ans, j'ai fait mon travail de journaliste et je suis allé voir derrière la communication municipale lénifiante des écologistes et du Parti de Gauche au pouvoir. Je souhaite que le lecteur se fasse ainsi son propre point de vue et qu'il ne s'arrête pas aux apparences d'une communication et d'une éco-novlangue bien huilées.

Tout au long de ces 200 pages, découpées en 12 chapitres, vous revenez sur les temps forts du premier mandat d'Éric Piolle et notamment sur l'annonce du fameux plan de sauvegarde du service public qui a conduit à la fermeture de trois bibliothèques et au tollé que l'on connaît...

C'est vrai que la Ville était étranglée par la baisse des aides de l'État mais ils ont choisi l'investissement au fonctionnement, pour faire des réalisations en fin de mandat et briller, tout en prétendant inventer le service public du 21e siècle. Mais s'en prendre à la culture, moi cela ne me fait pas rêver. Il y a eu des conseils municipaux sous haute protection policière. Du jamais vu à Grenoble. (Rappelons que la salle du conseil a été victime d'un incendie criminel. ndlr)

Vincent Peyret parle de Raise Partner, une entreprise qui fait de l'optimisation fiscale et dont Eric Piolle possède toujours 0,5% des parts

Il y a aussi le chapitre intitulé : Raise Partner, le péché originel...

Oui, Éric Piolle a cofondé en 2001 une société qui fait de l'optimisation fiscale à Singapour, dans un paradis fiscal. Sa femme y travaille toujours. Et lui en possède toujours 0,5% des parts. La manière dont il a réagi à la polémique qui a suivi la révélation de cette information, dans le Postillon, en niant toute erreur, a montré comment par la suite, il a géré toutes les polémiques de son mandat, en n'admettant jamais la moindre faute car il s'estime "incritiquable".

Vous avez pu avoir accès à certains mails échangés au sein de la majorité EELV et PG, devenu depuis LFI. Selon vous, ils montrent les tensions qui l'ont agitée, le côté un peu parano de fonctionner, un peu à la manière des staliniens des années 50 ?

Oui, encore une fois, Éric Piolle étant le premier maire écolo d'une grande ville, ils se sont mis la pression car ils devaient réussir et pour cela, aucune tête ne devait dépasser. Ils voyaient des ennemis partout, genre citadelle assiégée. Tout le monde devait toujours être d'accord avec le chef, sinon c'était l'exclusion comme cela a été le cas pour Guy Tuscher et Bernadette Richard-Finot. Rien ne devait filtrer à l'extérieur, la communication des élus était verrouillée notamment par Enzo Lesourt, le conseiller du maire, dont Éric Piolle a dit qu'il était son deuxième cerveau.

Vous rappelez aussi qu'Éric Piolle a été réélu, sur fond d'abstention de 65 %...

Oui, et j'ai été stupéfait qu'il n'y fasse pas allusion lors de son discours, le soir de sa réélection, en juin dernier. Ne pas tenir compte de cette abstention, c'est être déconnecté d'une certaine réalité. Éric Piolle parle beaucoup d'espoir, d'une façon un peu christique, lui qui se dit pratiquant mais non croyant. Mais selon mon analyse, comme je le démontre dans le livre, il fait de la "vieille" politique. Pour lui et les siens, ce qui compte avant tout c'est la lutte des places ! 

Comment expliquez vous qu'Éric Piolle ait plutôt une bonne image, notamment dans les médias nationaux, dans lesquels on le voit beaucoup en ce moment ?

Il a une équipe de communication, comme je le dis dans le livre, de 18 personnes. De bons réseaux et il a su se fabriquer une belle image. Celle d'un ingénieur de chez HP qui avait choisi de démissionner pour protester contre un plan de licenciements. Vous verrez, dans le livre, que c'est plus compliqué que cela. Il est en campagne pour les présidentielles. Il y croit et c'est pour cela que j'ai fait ce livre, pour que l'on aille voir derrière le vernis de la communication, pour saisir comment l'écologie au pouvoir ne peut être que dévoyée.

Le livre est émaillé de dessins humoristiques signés : Nardo, Sylvain et Léna Saurel
Le livre est émaillé de dessins humoristiques signés : Nardo, Sylvain et Léna Saurel
Choix de la station

À venir dansDanssecondess