Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Mort de Jacques Chirac

Mort de Jacques Chirac : quand le Vosgien Didier Gustin se glissait dans la peau du président

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Le Vosgien Didier Gustin a une histoire particulière avec Jacques Chirac, décédé ce jeudi 26 septembre. Il avait incarné le rôle du chef de l'Etat dans le documentaire "Dans la peau de Jacques Chirac" en 2007. Il revient sur cette expérience.

Didier Gustin à Belfort en mars 2018
Didier Gustin à Belfort en mars 2018 © Maxppp - Lionel Vadam

Il fait partie des acteurs qui ont incarné Jacques Chirac : le Vosgien Didier Gustin avait prêté sa voix au chef de l'Etat dans le documentaire "Dans la peau de Jacques Chirac" en 2007. Un film de Karl Zéro et Michel Royer qui avait été couronné d'un César cette année-là. 

"Tel qu'il peut être dans la vie"

Didier Gustin y campait, sur des images d'archives, un Jacques Chirac qui se retournait de manière critique sur son parcours politique. Un chef de l'Etat sur le ton de la confidence comme l'explique à France Bleu Lorraine Didier Gustin : 

"Karl Zéro voulait faire un Jacques Chirac en caricature. Je lui ai dit non, essayons de le faire tel qu'il peut être dans la vie. Il discute, il parle en fumant une clope, en buvant un verre de vin. On a raconté son histoire de façon marrante avec toutes les contradictions que pouvait avoir le personnage."

Jacques Chirac, un personne qui le poursuit un peu et qui a toujours d'écho auprès du public : 

"Encore aujourd'hui, sur scène, si j'imite Sarkozy ou Hollande, il n'y a pas cette sympathie pour le personnage. Je le fais moins mais il y a toujours cette sympathie et le public aime beaucoup quand on l'imite."

Retrouvez la bande-annonce du film : 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess