Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Législatives : une abstention record

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu

Un mois après la large victoire d'Emmanuel Macron à la Présidentielle et une semaine après le premier tour des élections législatives, les Français ont boudé le second tour qui a été marqué par une abstention record sous la Ve République : 57%.

L'abstention a atteint de nouveaux sommets lors du second tour des élections législatives
L'abstention a atteint de nouveaux sommets lors du second tour des élections législatives © Maxppp -

C'est du jamais vu pour des élections législatives. Plus haute encore qu'au premier tour le 11 juin (51,29%), l'abstention a atteint dimanche 56,83%, selon des résultats presque définitifs, soit 12 points de plus qu'au second tour de 2012, déjà un record à 44,60%. Catherine Barbaroux, présidente par intérim du mouvement d'Emmanuel Macron, a tiré la leçon de cette faible mobilisation. "Nous accueillons cette victoire avec beaucoup de lucidité, de responsabilité et d'humilité", a-t-elle reconnu, alors que la REM a remporté à l'Assemblée nationale une majorité absolue moins large qu'attendue.

Démobilisation et lassitude

Pour le chef de file des sénateurs Les Républicains, Bruno Retailleau, ce haut niveau d'abstention "est une mauvaise nouvelle pour la démocratie comme pour la nouvelle majorité présidentielle. Ce soir, Emmanuel Macron est un colosse aux pieds d'argile". La participation est traditionnellement plus faible aux législatives qu'à la Présidentielle. Mais cette année, un désintérêt croissant des électeurs vis-à-vis de la politique, cumulé à une vague pro-Macron annoncée par les instituts de sondage, auront donné à ce second tour le niveau d'abstention le plus élevé depuis 1958, lors des premières législatives de la Ve République.

A l'issue d'une séquence particulièrement longue, qui a vu se succéder les élections primaires de la droite fin 2016, de la gauche en janvier, avant la présidentielle des 23 avril et 7 mai, puis les législatives, la démobilisation des électeurs a atteint ce dimanche un niveau record. "Une fois de plus la Présidentielle écrase les législatives", note Yves-Marie Cann, de l'institut Elabe. "Il n'y a pas de suspense. Il n'y a plus l'enjeu de savoir si la République en marche aura la majorité."

La carte de l'abstention

Découvrez le chiffre de la participation dans votre circonscription.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu