Politique DOSSIER : Les élections législatives en Moselle avec France Bleu Lorraine Nord

Législatives : En Marche n'a pas encore désigné de candidat à Forbach pour faire face au Front National

Par Romane Porcon, France Bleu Lorraine Nord vendredi 19 mai 2017 à 0:20

Christophe Arend, créateur du comité En Marche de Forbach a tenté de briguer l'investiture mais n'a pas été retenu pour l'instant. Thomas Patti, militant En Marche, soutient sa candidature.
Christophe Arend, créateur du comité En Marche de Forbach a tenté de briguer l'investiture mais n'a pas été retenu pour l'instant. Thomas Patti, militant En Marche, soutient sa candidature. © Radio France - Romane Porcon

A Forbach, c'est l'incompréhension totale chez les militants d'En Marche. Les instances parisiennes n'ont pas désigné de candidat pour les législatives dans la sixième circonscription de Moselle, où se présente le vice-président du FN, Florian Philippot. Ils ont jusqu'à ce vendredi pour se décider.

Il n'y a pour le moment aucun candidat d'En Marche dans la 6ème circonscription de Moselle. A Forbach, c'est le flou total et l'incompréhension. L'enjeu est important, Florian Philippot, le vice-président du Front National s'y présente et aucun candidat du parti d'Emmanuel Macron n'a été encore désigné face à lui. Jean-Jacques Aillagon, ancien ministre de la Culture, s’était montré intéressé au nom du Modem et d’En Marche. Il a finalement renoncé mercredi matin, en raison d’un agenda professionnel trop chargé. Chez les militants locaux d'En Marche c'est l'incompréhension et la colère qui dominent.

C'est comme déployer le tapis rouge au Front National

Depuis deux jours, Christophe Arend, animateur et créateur du mouvement à Forbach reçoit des dizaines d'appels de militants déçus : "Les militants évoquent beaucoup un oubli de notre zone, parfois même un mépris vis-à-vis du travail qu'ils ont accompli. Tout notre travail c'est de leur dire le travail que ce que vous avez fait c'était pour les présidentielles et permettre à Emmanuel Macron d'atteindre l'objectif." Mais pour Thomas Patti, militant d'En Marche, le combat est loin d'être fini : "Dans la zone où nous sommes, où le Front National caracole toujours en tête au premier tour, c'est inconcevable de ne mettre personne en face du Front National, c'est comme leur déployer le tapis rouge. On a organisé une marche pour l'Europe, on a adhéré des gens autour de nous. Dans la circonscription, on a même battu Marine Le Pen au deuxième tour."

Surtout qu'ils espéraient que l'un d'entre eux soit investit par le mouvement. Christophe Arend était le candidat idéal selon certains militants mais sa candidature n'a pas été retenue pour le moment. Depuis deux jours, des militants tentent en vain de contacter Paris pour appuyer sa candidature, mais aucune réponse jusqu'à présent. Thomas Patti, militant En Marche compte bien soutenir son candidat jusqu'au dernier moment : "En tant qu'animateur du mouvement En Marche de Forbach, il a toute cette légitimité avec tout le travail qu'il a fait depuis le début pour porter ces valeurs qu'on prône depuis des mois. Il est soutenu de tout bord, même du côté allemand pour être le candidat. Je ne vois personne d'autre." Tous l'affirment leur objectif reste de faire barrage au Front National. Pascal Schuster, un autre militant En Marche, a aussi tenté de briguer l'investiture mais n'a pas été retenu. Il a donc décidé de déposer sa candidature hier en Préfecture sous la bannière du Parti du Vote Blanc. Du côté des instances parisiennes, Jean Paul Delevoye, le président de la commission d'investiture l'affirme, ils sont encore en pleine réflexion et n'ont pas pris leur décision. La clôture des candidatures c'est ce vendredi à 18h.