Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Les élections législatives avec France Bleu Besançon

Travail, ruralité : ce qui oppose -ou rapproche- Eric Alauzet et Ludovic Fagaut dans la 2e circonscription du Doubs

lundi 12 juin 2017 à 14:42 Par Véronique Narboux, France Bleu Besançon

Sur la 2e circonscription du Doubs, l'écologiste Eric Alauzet, député sortant, est arrivé nettement en tête du premier tour le 11 juin, avec 42,43% des voix. Au second tour, il affrontera le candidat des Républicains, Ludovic Fagaut, qui a rassemblé 20,98% des voix.

L'écologiste Eric Alauzet et Ludovic Fagaut (LR) s'affronteront au second tour des législatives sur la deuxième circonscription du Doubs.
L'écologiste Eric Alauzet et Ludovic Fagaut (LR) s'affronteront au second tour des législatives sur la deuxième circonscription du Doubs. © Radio France - David Malle

Besançon

Avec plus de 40% des suffrages exprimés au premier tour des élections législatives, le 11 juin, Eric Alauzet a incontestablement capitalisé des voix sur son nom et sur sa réputation de député bosseur. Pourtant son parcours politique aurait pu déconcerter les électeurs. Sa famille politique d'origine, c'est celle des Verts. Mais au cours de la précédente mandature, le député sortant a quitté le groupe écologiste pour siéger dans le groupe socialiste. Pour cette élection législative 2017, Eric Alauzet partait d'ailleurs avec la double investiture EELV-PS. Investiture perdue en cours de route, l'intéressé n'ayant pas caché qu'il était tout fait "Macron compatible".

D'ailleurs, le parti présidentiel lui a laissé le champ libre en ne présentant aucun candidat face à lui sur la deuxième circonscription du Doubs, ce qui explique aussi en partie son succès au premier tour. Ce qui permet également à Eric Alauzet de se réclamer de la majorité présidentielle sur ses bulletins de vote. Et il revendique sa capacité "à rassembler tout ce spectre politique", écologistes, socialistes, partisans de La République en Marche.

Ludovic Fagaut, le candidat Les Républicains qui affrontera Eric Alauzet au second tour des législatives, dimanche prochain, a glané 20,98% des voix. Plutôt qu'un rassembleur, il voit en Eric Alauzet "un candidat nomade, qui ne sait pas où il habite", un député comptable du bilan du quinquennat Hollande. Lui, au contraire, se présente comme le candidat de la droite et du centre, "clair dans ses convictions", notamment sur la libéralisation du travail.

Libérer le travail et protéger les salariés, un équilibre délicat

Avec la réforme annoncée de la loi travail, dès l'été prochain, via des ordonnances gouvernementales, Ludovic Fagaut devrait donc être satisfait ? Eh bien oui ! "Je serai en capacité, dit-il, de voter des lois qui vont dans le bon sens. Je souhaite redresser la France et je serai plus à l'aise que le député socialiste (sic) [Eric Alauzet] pour porter cette loi."

A l'aise, Eric Alauzet affirme l'être. Le député sortant estime nécessaire de donner aux chefs d'entreprise de la souplesse pour se séparer de leurs salariés lorsque leur carnet de commandes ne leur permet plus de les faire travailler ni de les rémunérer. Il veut aussi "protéger les salariés dans leur parcours", tout en reconnaissant que cet équilibre sera "délicat à trouver". Mais, ajoute-t-il, "s'il y a une dynamique dans la société, s'il y a une confiance et de l'activité, les gens pourront passer d'un emploi à un autre, à une formation, avec le compte professionnel d'activité."

Député des villes contre député des champs ?

Autre cheval de bataille entre les deux finalistes de la deuxième circonscription du Doubs : la ruralité. Ludovic Fagaut reproche à Eric Alauzet de n'avoir pas voté la loi montagne, portée notamment par Annie Genevard, la députe-maire LR de Morteau. Cette loi, précise-t-il, concernait tout particulièrement neuf communes de la circonscription puisqu'elle permet d'abaisser les seuils d'élèves pour qu'elles puissent conserver leurs classes en cas de faible effectif. Le candidat LR voit donc en Eric Alauzet "un député qui n'a pas su défendre sa circonscription notamment en matière d'éducation".

Faux procès, selon l'intéressé qui souligne que cette disposition de la loi était bonne, mais que c'est le texte dans sa globalité qui lui posait problème. Eric Alauzet ajoute qu'il n'est pas question pour lui d'opposer les communes rurales et urbaines de sa circonscription.

Sur ce territoire, Eric Alauzet affiche ses ambitions : améliorer l'état des rivières, en convaincant particuliers, paysans, industriels et collectivités "d'avancer ensemble sans se rejeter la pierre". Réaliser la transition énergétique en revoyant la manière dont on se nourrit, se loge, se chauffe. Autant d'idées que le député sortant voudrait porter dans le pôle écologiste qu'il espère créer au sein de la majorité présidentielle à l'Assemblée.

Pour Ludovic Fagaut, les priorités tiennent en cinq points : baisse du chômage, autorité et sécurité, protection de la famille, défense de l'agriculture et de la ruralité et un arrêt de ce qu'il appelle le "matraquage fiscal".

VOIR : Doubs : La République en marche en tête du premier tour des législatives dans trois circonscriptions sur cinq