Politique

Législatives - Ferrand, Castaner, Le Maire : les résultats du 1er tour pour les ministres candidats

Par Tifany Antkowiak, France Bleu lundi 12 juin 2017 à 9:29 Mis à jour le lundi 12 juin 2017 à 10:55

Six ministres du gouvernement sont candidats aux législatives.
Six ministres du gouvernement sont candidats aux législatives. © Maxppp -

La liste des candidats aux élections législatives comptait six ministres du gouvernement, qui avaient l'obligation de l'emporter pour pouvoir garder leur poste dans l'équipe d'Edouard Philippe. Dans quelle situation se retrouvent-ils à l'issue du premier tour ?

La consigne était claire pour tout le monde : en cas de défaite, les ministres candidats aux élections législatives devront quitter le gouvernement d'Edouard Philippe. Une épée de Damoclès qu'ils étaient six à avoir au-dessus de la tête. À l'issue du premier tour des législatives, dimanche, ils sont cinq sur six à virer en tête. S'ils remportent l'élection, leurs suppléants siégeront à l'Assemblée nationale à leur place.

Richard Ferrand

Le ministre de la Cohésion et des Territoires, Richard Ferrand, obtient 34% des voix dans la 6e circonscription du Finisière. L'enquête préliminaire du parquet de Brest pour un contrat passé par sa compagne avec les Mutuelles de Bretagne, qu'il dirigeait alors, ne semble pas avoir mis en difficulté ce macroniste de la première heure. Richard Ferrand, élu en 2012, devance largement des concurrents, dont le régionaliste Christian Troadec. Une victoire obtenue "malgré vos efforts méritoires", a-t-il lancé à la presse.

Bruno Le Maire

C'est tout simplement son meilleurs score de premier tour : avec 45% des voix, Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie, devance de loin ses adversaires dans la 1ère circonscription de l'Eure. L'ex-député LR se présentait sous l'étiquette la République en marche (REM). Il brigue son troisième mandat face à la candidate FN, Fabienne Delacour, qui a obtenu 23% des suffrages. Le locataire de Bercy a été exclu des Républicains après son entrée au gouvernement.

Christophe Castaner

Le secrétaire d'État et porte-parole du gouvernement Christophe Castaner est arrivé en tête dimanche dans la 2e circonscription des Alpes-de-Haute-Provence, où il avait été élu en 2012 sous l'étiquette PS, avec 44% des voix. Le candidat de La France insoumise Léo Walter, est le second qualifié, avec 16,55% des suffrages. Christophe Castaner, maire de Forcalquier, et ancien rapporteur de la loi Macron, avait très tôt rallié le nouveau chef de l'État. Il s'attaquait à une circonscription difficile, où Jean-Luc Mélenchon et Marine le Pen étaient arrivés en tête au 1er tour de l'élection présidentielle.

Marielle de Sarnez

Ballotage favorable également pour la ministre des Affaires européennes Marielle de Sarnez, dans la 11e circonscription de Paris. La vice-présidente du Modem a rassemblé 40% des voix, devant Francis Szpiner (LR) et le sortant Pascal Cherki (PS). Elle affrontait aussi Armelle Malvoisin, membre du Modem et de la République en Marche, mais candidate dissidente face à elle. Député européenne depuis 1999, Marielle de Sarnez, 66 ans, est, comme Richard Ferrand sous le coup d'une enquête, pour soupçons d'emplois fictifs.

Mounir Mahjoubi

Le secrétaire d'État au numérique Mounir Mahjoubi, plus jeune membre du gouvernement (33 ans) et candidat pour la première fois à une élection, a obtenu plus de 38% des voix dans la 16e circonscription de Paris. Il avait notamment face à lui le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis, qui est éliminé dès le 1er tour. Ce dernier, député de Paris depuis plus de 20 ans, avait été élu avec 70% des voix en 2012.

Annick Girardin

La situation est plus délicate pour Annick Girardin, ministre des Outre-mer. L'ex-ministre de François Hollande, candidate à un troisième mandat à Saint-Pierre-et-Miquelon, a certes réalisé un beau score (41,6%). Mais elle sort du 1er tour des législatives ex-aequo avec Stéphane Lenormand (Archipel Demain) qui a comme elle obtenu 1.209 voix dans cet archipel de l'Atlantique nord où vivent 6.000 habitants.

►►► LIRE AUSSI : Législatives : ce qu'il faut retenir du premier tour