Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Législatives : Jean-Christophe Cambadélis admet "un recul sans précédent de la gauche et notamment du PS"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Alors que la déferlante Macron est en vue sur l'Assemblée nationale après le premier tour des législatives, le patron du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis a reconnu dimanche "un recul sans précédent de la gauche et notamment du PS". Il a mis aussi en garde contre une majorité absolue.

Le Premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis
Le Premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis © AFP - GEOFFROY VAN DER HASSELT

Le premier tour des législatives est "marqué par le recul sans précédent de la gauche dans son ensemble et notamment du PS", a reconnu dimanche le Premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, éliminé à Paris dans la 19e arrondissement de Paris où le candidat En Marche, le secrétaire d'Etat au numérique Mounir Mahjoubi, arrive en tête.

"Ce soir, tout indique que la majorité absolue est d'ores et déjà acquise pour La République En Marche", a souligné Jean-Christophe Cambadélis. "L'unanimisme est le terreau de l'aveuglement et le ferment des tensions", a-t-il poursuivi, alors que le PS est crédité d'un peu plus de 7% des votes.

A LIRE AUSSI ►EN DIRECT | Législatives - 1er tour : La République en marche largement en tête

"Le second tour de dimanche prochain sera celui de l'amplification ou du pluralisme", a estimé le premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis ce dimanche soir. "Si cette majorité absolue est encore amplifiée, elle sera quasiment sans opposition réelle et nous aurons donc une Assemblée nationale sans véritable pouvoir de contrôle".

"Il n'est ni sain ni souhaitable qu'un président ayant rassemblé seulement 24% des suffrages au premier tour de la présidentielle et qui a été élu au second tour par le seul rejet de l'extrême droite bénéficie du monopole de la représentation nationale", selon Jean-Christophe Cambadélis

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Une défaite historique ?

Le Parti socialiste avance vers sa défaite la plus importante dimanche prochain, 46 ans jour pour jour après la refondation du parti en 1971 au congrès d'Epinay. Le PS n'a pas réussi à se relever après le faible score de son candidat, Benoît Hamon, au premier tour de la Présidentielle (ce dernier est par ailleurs éliminé dès ce premier tour dans les Yvelines), et devient la deuxième force de gauche en nombre de voix, derrière La France insoumise.

La campagne socialiste risque d'aboutir au plus bas nombre de députés élus, inférieur à celui de la débâcle de 1993, quand le PS n'avait remporté que 57 sièges. D'après les statuts du parti, un congrès doit se tenir d'ici à la fin de l'année, afin que le PS arrête une nouvelle ligne politique à suivre.

Les résultats du premier tour des législatives, commune par commune :

Choix de la station

À venir dansDanssecondess