Politique DOSSIER : Les élections législatives en Auvergne

Législatives : Laurent Wauquiez sera suppléant et non pas candidat

Par France Bleu Saint-Étienne Loire, France Bleu Drôme-Ardèche, France Bleu Isère, France Bleu Pays d'Auvergne, France Bleu Pays de Savoie, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu vendredi 19 mai 2017 à 10:06

Laurent Wauquiez dans le studio de France Bleu Saint-Étienne Loire
Laurent Wauquiez dans le studio de France Bleu Saint-Étienne Loire © Radio France - Yves Salvat

Laurent Wauquiez a annoncé ce vendredi qu'il ne briguera pas un nouveau mandat de député de Haute-Loire. En revanche, le président de la région Auvergne Rhône-Alpes sera le suppléant de la candidate Les Républicains, Isabelle Valentin, sur la première circonscription de Haute-Loire.

Ticket inversé pour ces élections législatives : Laurent Wauquiez, député sortant de la première circonscription de Haute-Loire, a annoncé ce vendredi qu'il ne se représente pas comme candidat à sa propre succession. Il affirme choisir de "rester président de la région Auvergne-Rhône-Alpes".

Pas député, mais suppléant

"Lors de la campagne des régionales, j'ai indiqué que si j'étais élu, je resterai président de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Le respect de la parole donnée est sacré", explique Laurent Wauquiez dans un communiqué. Il aura a su entretenir le suspens jusqu'au dernier jour, jusqu'à la date limite de dépôt des candidatures, ce vendredi 18 heures. La candidate LR de la première circonscritpiotn de Haute-Loire sera donc Isabelle Valentin, conseillère régionale. Elle était la suppléante de Laurent Wauquiez lors du précédent scrutin, en 2012.

Le respect de la parole donnée est sacré. Il est le ciment de la parole politique"

Depuis l’entrée en vigueur, à la fin de mars, de la loi de 2014 sur le non-cumul des mandats, les députés (et les sénateurs) ne peuvent plus cumuler leur mandat parlementaire avec une fonction exécutive locale. Entendez par là : maire, adjoint au maire, maire d’arrondissement, président ou vice-président de conseil régional, départemental, d’intercommunalité.. etc. Laurent Wauquiez n'était pas favorable à cette loi, dont l'objectif est de "moderniser la vie publique française". L'actuel président de la région Auvergne-Rhône-Alpes critiquait le risque de la disparition d'un ancrage local pour les députés.

En février 2015, en pleine campagne pour les élections régionales, Laurent Wauquiez fustigeait : "les chikayas des apparatchiks parisiens" , chikayas dont il aura tout de même à se préoccuper, en tant que suppléant, si Isabelle Valentin est élue députée en juin prochain.

VIDÉO - En novembre 2015, Laurent Wauquiez assurait qu'il choisirait toujours la région avant Paris