Politique DOSSIER : Les élections législatives 2017 avec France Bleu Bourgogne

Législatives : les réactions après le second tour en Côte-d'Or

Par Marion Bargiacchi, France Bleu Bourgogne dimanche 18 juin 2017 à 20:32

Le second tour des élections législatives le 18 juin 2017
Le second tour des élections législatives le 18 juin 2017 © Maxppp -

France Bleu vous propose de retrouver les principales réactions des candidats, les élus et les vaincus, dans les cinq circonscriptions de Côte-d'Or. Rendez-vous dimanche au cours de la soirée sur cette page.

Du côté des gagnants : les Marcheurs ravis, sauf dans la 2ème circonscription

Rémi Delatte (LR), seul candidat LR de Côte-d'Or à remporter un siège : "C’est le travail et la sincérité qui ont payé dans cette campagne. Nous avons énormément mobilisé, à la fois en territoires ruraux et en métropole. Ensuite, je ne sais pas si j’ai été élu avec des voix du FN : de toutes façons, il ne faut pas jeter l’opprobe aux électeurs du FN. On sait que beaucoup de Français ont été las de cette année électorale très longue, d'autant plus après 5 ans de socialisme. La Côte-d'Or paie un lourd tribut à droite et ceci, je le regrette évidemment."

Rémi Delatte, vainqueur de la 2ème circonscription - Radio France
Rémi Delatte, vainqueur de la 2ème circonscription © Radio France - Thomas Nougaillon

Jean-Pierre Nyan, co-représentant REM en Côte-d'Or : "Il n’est pas du tout question que chacun soit un député "godillot". En revanche, la notion même de frondeur, c’est une notion qui n’est pas acceptable. Il faut que chacun se retrousse les manches. Donc, il n'y aura pas de fronde, mais des discussions."

Didier Martin (REM), gagnant de la 1ère circonscription : "Je resterai conseiller municipal à la ville de Dijon. Et je continuerai à y être très attentif. Je peux aussi être l'ambassadeur de la ville, de la métropole, et donnerai tous mes efforts pour que Dijon réussisse."

Didier Martin, candidat victorieux de la 1ère circonscription - Radio France
Didier Martin, candidat victorieux de la 1ère circonscription © Radio France - Thomas Nougaillon

Maria Paz Usach (REM), suppléante de François Deseille dans la 2ème circonscription : "Je suis ravie. Je me bats depuis 1 an pour changer les choses. Et vu le résultat national, on a gagné. Moi, ce que je vise c’est une majorité présidentielle. Notre démarche n’est pas individuelle, elle est collective. Une majorité absolue va permettre à notre président de rendre efficace son programme."

Yolaine de Courson (REM), victorieuse dans la 4ème circonscription : "Je ressens une grande responsabilité. A présent, il va falloir aborder les grands chantiers : le travail, les assises de l'alimentation en juillet, et la rentrée. Il va falloir expliquer et faire remonter les voix de mes concitoyens."

Yolaine de Courson (REM) - Radio France
Yolaine de Courson (REM) © Radio France - Thomas Nougaillon

Fadila Khattabi (REM), victorieuse dans la 3ème circonscription face au FN : "C'était une victoire pressentie, on sentait la volonté des Français de changer les choses, de renverser la table, et surtout de confirmer l'élection du président de la République. On va travailler les projets de loi en réunion, et ensuite il y aura du débat démocratique à l'Assemblée. Je ne serai pas frondeuse, ça c'est clair. On applique la ligne pour laquelle on a été élu. Il n'est pas question d'affaiblir le président de la République."

Fadila Khattabi (REM), candidate victorieuse dans la 3ème circonscription - Radio France
Fadila Khattabi (REM), candidate victorieuse dans la 3ème circonscription © Radio France - Thomas Nougaillon

Didier Paris (REM) arrive en tête de la 5ème circonscription de Côte-d'Or, face à Hubert Poulot (LR) : "Je salue Hubert Poulot car nous avons fait une campagne propre, digne et claire. Je ressens une grande satisfaction bien sûr. Au niveau national, ce qui va compter pour nous, c'est une majorité claire, nette et précise qui va nous permettre de faire avancer le programme d'Emmanuel Macron. Au niveau régional, je serai un député qui devra impérativement être à l'écoute de territoires très différents."

Didier Paris (REM), candidat vainqueur dans la 5ème circonscription  - Radio France
Didier Paris (REM), candidat vainqueur dans la 5ème circonscription © Radio France - Thomas Nougaillon

Du côté des vaincus : la déception à droite

Alain Suguenot, suppléant d'Hubert Poulot (UDI) battu face à Didier Paris (REM) : "Il n’y a pas de regret à avoir, Hubert Poulot a fait une très belle remontée entre les deux tours. Concernant l'abstention, je me l'explique par la fatigue démocratique, chacun l’a exprimée, entre les primaires, l’addition des scrutins… Et certains médias n’ont peut-être pas assez parlé des législatives. C’est un peu dommage. Je me réjouis par contre du score de Rémi Delatte." (seul candidat de droite à remporter l'une des circonscriptions de Côte-d'Or)

Francois Deseille (REM), candidat malheureux de la 2ème circonscription face à Rémi Delatte (LR) : "Il est évident que le FN a joué un rôle très important. Rémi Delatte n’avait pas appelé à voter Macron entre les deux tours de la présidentielle, c'est une stratégie qui a payé.. En plus d'un manque de report surprenant de la part des socialistes et des écologistes. En outre, le FN séduit dans le monde rural. Chacun ses valeurs, moi ce ne sont pas les miennes. D'autant que la circonscription ne va pas bien, ils ont choisi un député qui fera 5 ans d’immobilisme, c’est leur choix. J’espère que le député va retrousser les manches."

Charles Barrière (UDI), candidat malheureux de la 4ème circonscription derrière Yolaine de Courson (REM) : "La seule chose que je considère, c’est que les électeurs ont toujours raison, et je m’incline bien volontiers devant leur choix. Manifestement, au vu de l'abstention, c'est devenu très comlpiqué de faire de la politique actuellement. Nos concitoyens ont beaucoup de mal à considérer l'importance du débat démocratique. C'est dommage. Nous avons peut-être une responsabilité. En tout cas, je souhaite à Yolaine de Courson un très beau mandat."

Pascal Grappin, président UDI de Côte-d'Or, à propos de la défaite dans la 4ème circonscription. Depuis 1993, l'UDI était à la tête de ce territoire : "C'est une grosse déception, oui. De toute manière, ce sont les électeurs qui ont raison. On mesure ce soir le prix de la désunion. C’est indéniable. Sans cela, nous n'aurions pas pu perdre. Je n'ai pas entendu le candidat Hubert Brigand (DVD, maire de Châtillon) appeler à voter pour Barrière. Quand on est pas uni dans un territoire, on ne gagne pas."
Concernant la majorité absolue de la République en Marche, "Regardons ce qu'il s'est passé en 2002 avec Chirac, en 2007 avec Sarkozy. Quelle a été la réussite ? Quand on a une majorité trop importante, on parle dans l’entre-soi. Le débat reste en interne, il n'y a plus de débat."

→ À lire aussi : Qui sont les nouveaux députés de Côte-d'Or, les élus au second tour des législatives ?

  - Radio France
© Radio France - Denis Souilla


  - Aucun(e)

Si vous rencontrez un problème d'affichage, cliquez ici