Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Legislatives : cinq choses que vous ignorez sur François Jolivet

-
Par , France Bleu Berry
Indre, France

Elu le 18 juin dernier pour son premier mandat de député, François Jolivet ne découvre pas pour autant les arcanes du Parlement... Le maire de Saint-Maur avait commencé sa carrière comme assistant parlementaire en 1989.

François Jolivet, député LREM dans l'Indre
François Jolivet, député LREM dans l'Indre © Radio France - Gaëlle Fontenit

François Jolivet arrive dans nos studios très exactement à l'heure. Tout sourire, le nouveau député revient en un mot sur son weekend de séminaire organisé par la République en Marche : "Oh, vous savez, c'est pas une découverte... j'ai été assistant parlementaire en 1989 !". C'est d'ailleurs comme cela que tout a commencé.

Voilà 5 choses que vous ne saviez sans doute pas sur François Jolivet !

1. Un mandat de maire inattendu...

Alors qu'il termine un stage dans ce qui était alors encore le Conseil Général, François Jolivet se voit présenté Daniel Bernardet et François Gerbaud. "En octobre, ils étaient tous les deux élus sénateurs. Ils m'ont demandé si je voulais devenir assistant parlementaire. Puis, comme j'avais une formation en droit, ils m'ont proposé de devenir le juriste du Département de l'Indre". S'ensuit une proposition pour intégrer une liste aux élections municipales en 1995 à Saint-Maur et par le jeu du panachage, une élection à la mairie pratiquement par hasard.

De ces premiers pas en politique, François Jolivet retient une chose : l'importance d'avoir une activité professionnelle en parallèle. "Assistants parlementaires c'est un merveilleux métier, mais c'est toujours l'angoisse de la dissolution ou des élections... on se demande ce que l'on va devenir". Il devient alors directeur de l'OPAC de l'Indre puis directeur général d'un groupe immobilier.

Ces deux casquettes - maire et directeur général - François Jolivet va les ôter prochainement, conformément à la législation.

2. Une nouvelle publiée dans... le Figaro !

Il y a donc l'homme public, jonglant entre sa vie professionnelle à Paris et sa vie d'élu à Saint-Maur et traînant la réputation d'être parfois difficilement joignable. Et puis il y a l'homme privé, aux passions aussi éclectiques que surprenantes.

"Je lis beaucoup. Surtout Maupassant. J'aime écrire aussi. Plutôt des nouvelles...J'ai été publié alors que j'étais jeune adulte. Le Figaro avait accepté de me passer une histoire pendant la période estivale". Sa lecture du moment ? "Un ouvrage de Philippe Seguin sur Napoléon III..." L'histoire, c'est l'autre passion de François Joliviet : "J'adore les Templiers ! J'aime beaucoup cette époque là ! Et puis les chevaliers, le côté un peu mystérieux... C'est le rêve!".

3. Rescapé d'un accident d'hélicoptère

Très sportif, lui qui a pratiqué la natation, le tennis et le rugby a dû mettre un terrible coup d'arrêt à ses habitudes suite à un accident d'hélicoptère à Saint Maur en 2002. " Il me manque maintenant une vertèbre. La station debout me pèse un peu... Je me prépare aux longues stations debout lors des futures inaugurations, lâche t-il amusé, avant de reprendre, beaucoup plus grave :"Vous savez, lorsque l'on vous dit que vous ne remarcherez peut-être plus et que vous allez peut-être faire votre vie dans un fauteuil roulant, c'est compliqué. Alors chaque fois que je me lève le matin, je suis heureux!".

4. Il sait plumer une volaille

Amateur également de chasse - mais s'il sait plumer une volaille, ne comptez pas sur lui pour la cuisiner, le nouveau député admet n'avoir pas de talent particulier derrière les fourneaux - et curieux des vieilles pierres (en particulier les églises, lui qui se définit comme un laïc catholique d'éducation), François Jolivet est aussi un spécialiste de l'agriculture. "Mes grands-parents maternels étaient maraîchers à Châteauroux et mes grands-parents paternels étaient dans la Vienne sur une exploitation en polyculture et élevage. Et je pense que je pourrais surprendre pas mal de paysans de par ce que j'ai appris quand j'étais enfant".

5. Il a déjà sauté à l'élastique

S'il ne pratique aujourd'hui plus le sport intensément, François Jolivet s'est laissé convaincre une fois dans sa vie de sauter à l'élastique depuis le pont du Gard. Et alors, quelle sensation ? "Ca fait peur quand on tombe, ça fait peur quand on remonte et ça fait peur quand on redescend" résume-t-il en riant...

Nouveau grand saut, à l'Assemblée cette fois. Le nouveau député qui a fait d'abord campagne comme dissident du parti Les Républicains a été investit par La République en Marche a un mois du scrutin. Pari gagnant.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess