Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dans les rues de Strasbourg, ce mardi soir.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins trois morts et 12 blessés

Politique DOSSIER : Élections législatives 2017 en Occitanie

Législatives : qui est Jean-François Eliaou, nouveau député de la 4e circonscription de l'Hérault ?

dimanche 18 juin 2017 à 20:24 Par Anne Jocteur Monrozier et Morad Djabari, France Bleu Hérault

Jean-François Eliaou (REM) a été élu ce dimanche député de la 4e circonscription de l'Hérault avec 65,70% des voix face à François Gaubert (FN).

Jean-François Eliaou
Jean-François Eliaou - David Andrieu

Jean-François Eliaou

La République En Marche

4e circonscription de l'Hérault

61 ans

Pédiatre, membre de l’Institut de recherche en cancérologie de Montpellier, professeur à la faculté de médecine de Montpellier et médecin-chef de service au CHU de Montpellier

Candidat de l'Union de la droite aux élections départementales de 2015.

Un médecin défenseur de la ruralité, engagé au Parti radical puis chez Macron

Originaire de Nice, il habite Saint-Clément-de-Rivière depuis les années 80. Jean-François Eliaou, 60 ans, cheveux poivre et sel et lunettes noires, est médecin, chef de service au CHU de Montpellier.

Mais ne venez pas lui dire que c'est un parachuté. Il affirme être un amoureux de la région. Son combat pour les cinq ans à venir est de promouvoir et défendre la ruralité. Il assure être un farouche défenseur de la campagne. C'est donc pour ces valeurs qu'il décide de prendre le train "En Marche" en novembre dernier.

De sa vie privée, il ne dira rien. Il est contre la "peopolisation" des élus. La politique ? il avoue ne pas avoir une grande expérience. Il s'engage sur le tard, il y a trois ans. Il est à ce moment là un proche du Parti radical.

Mais à l'automne, il est séduit pour le projet d'Emmanuel Macron. Et si on lui demande ce qu'il l'attend à l'Assemblée dans les jours à venir : "un peu de peur mais surtout du travail et beaucoup d'envie".

À lire aussi :