Infos

Les "Brigandes" sèment le trouble à La Salvetat

Par Marie Ciavatti, France Bleu Hérault vendredi 23 septembre 2016 à 11:38

Les Brigandes, phénomène au sein de la fachosphère
Les Brigandes, phénomène au sein de la fachosphère - Capture d'écran

Un groupuscule identitaire à tendance sectaire, baptisé "Les Brigandes", s'est installé il y a un an à La Salvetat, dans l'arrière pays héraultais. Depuis, cette étrange communauté divise les habitants et se fait connaître avec ses clips et ses chansons "à droite toute".

La Salvetat-sur-Agout est le camp de base des "Brigandes" depuis un an. C'est là que leur communauté vit en vase clos et ne s'exprime qu'en chansons.

La fachosphère adore

Dans leurs clips, on peut voir sept femmes masquées de loups et habillées de costumes kitsch, qui chantent sur un air pop des paroles engagées, à la droite de la droite.

Ce groupe fait un tabac sur internet auprès des milieux d'extrême droite. Il multiplie sur YouTube les clips contre l'impérialisme américain, les juifs ou les islamistes et voit en Vladimir Poutine le sauveur d'une Europe catholique et blanche.

C'est aussi une étrange organisation communautaire. Une vingtaine de personnes installées dans les Hauts-cantons depuis l'an dernier, sur le site d'une ancienne colonie de vacances près du lac de la Raviège.

Pas de prosélytisme mais leur présence créée un certain malaise au sein du village, où le Front national a remporté 40% aux dernières élections. Leur message et discours extrémistes divisent les habitants. Peu d'entre eux s'expriment ouvertement.

Ce groupe qui divise La Salvetat

Le village coupé en deux

L'un des rares à accepter de parler au micro, Thierry Canals, qui se veut lanceur d’alerte. Lui voit d'un mauvais œil l'arrivée de cette communauté au discours extrémiste.

"C'est dangereux. Et si demain ils font des spectacles et font venir tous les illuminés de France et de Navarre, peut-être que les habitants changeront d'avis."

"Dans un petit village comme ça , ça prend des proportions inégalées". Thierry Canals

Le maire divers-droite de la commune a refusé de répondre aux questions de France Bleu Hérault. Mais Thibault Estadieu ne remet pas en cause la présence des "Brigandes" à La Salvetat.

Voici ce qu'il expliquait dans un récent communiqué : "Contrairement au dire des commères et de la gauche caviar locale, souvent le même genre d'individus d'ailleurs, la municipalité n'a jamais programmé directement les Ultra Sixties (autre nom de scène des Brigandes, au répertoire moins engagé). Ceci étant (...) je pense que les associations qui ont sollicité les Sixties ont eu raison, ce groupe étant un groupe local de qualité dont les membres vivent et consomment sur place toute l'année, en s'intégrant à la vie du village."

Partager sur :