Politique

Les cadres du Front National rassemblés au Futuroscope pour l'université d'été du Parti

Par Clémence Dubois-Texereau, France Bleu Poitou et France Bleu dimanche 1 octobre 2017 à 21:01

L'université d'été s'est clôturée par un discours de Marine Le Pen.
L'université d'été s'est clôturée par un discours de Marine Le Pen. © Radio France - Clémence Dubois-Texereau

Deux jours pour se rassembler et retrouver une unité. Les cadres et élus du Front national étaient au Palais des Congrès du Futuroscope. Le weekend s'est clôturé par un discours de Marine Le Pen.

Marine Le Pen n'a pas manqué de répondre au discours de La Sorbonne d'Emmanuel Macron fin septembre. Elle a ainsi promis, lors de son allocution pour clôturer de l'université d'été du FN au Futuroscope dimanche, d'élaborer avec ses alliés "un projet de traité simplifié de l'Europe". Un projet destiné selon elle " à se substituer aux milliers de pages incompréhensibles actuellement en vigueur."

Le Front national est en pleine refonte. Il faut dire que le parti a été ébranlé par des départs et notamment celui de l'ancien n°2 Florian Philippot. Mais aujourd'hui, le parti cherche à retrouver son unité. Désormais, Marine Le Pen pense à l'avenir et aux prochaines échéances électorales : les Européennes dans deux ans, les Municipales en 2020, les Régionales l'année suivante puis les Présidentielles de 2022. La présidente du parti se veut comme "une alternative au gouvernement Macron."

Une unité entre les différentes régions

Mais l'unité souhaitée par Marine Le Pen ne pourra s'opérer qu'avec l'aide des élus régionaux. "Je souhaite que par grands secteurs : finances, activités économiques, transport, culture, vous puissiez vous réunir entre collègues de régions différentes pour échanger et bâtir un projet certes local mais cohérent avec d'autres régions." Un maillage important aussi selon le représentant de la Vienne Alain Verdin : "cet échelon local communie avec d'autres échelons: départemental, régional, national, c'est comme ça qu'on avance."

Alain Verdin réfute aussi les critiques de perte de vitesse du parti et de trop grandes divergences d'opinion: " je ne l'ai pas ressenti, les militants ne m'en ont pas parlé." Le responsable départemental ajoute que le FN compte 15% d'adhérents en plus depuis juin dernier. Reste quelques divergences comme le nom d'Eric Audebert, rayé des listes du comité central, une "déception" pour l'ancien responsable départemental. Alain Verdin réplique : "Monsieur Audebert a choisi de se démarquer et d'être plus Jean-Mariste que Mariniste. Il a choisi une position politique qui ne correspond pas forcément à celle du parti. Il a voulu se démarquer : c'est son problème pas le mien."

Marine Le Pen a clôturé son discours comme elle l'a commencé, en évoquant l'attaque de Marseille, qu'elle a décrite comme "un acte de guerre contre notre pays." Elle a dédié la Marseillaise aux victimes de l'attaque terroriste.