Politique

Les candidats aux municipales tardent à se déclarer

Par Thibaut Lehut, France Bleu jeudi 27 février 2014 à 11:28 Mis à jour le jeudi 27 février 2014 à 12:15

Les candidats de toutes les villes sont pour la première fois obligés de se déclarer en préfecture
Les candidats de toutes les villes sont pour la première fois obligés de se déclarer en préfecture © Maxppp

Le ministère de l'Intérieur est inquiet. Bon nombre de communes n'ont encore enregistré aucune candidature pour les municipales de mars. En cause notamment : une nouvelle contrainte pour les villes de moins de 1.000 habitants, qui sont les plus nombreuses en France.

J -7 avant la date limite de dépôt des candidatures pour les élections municipales des 23 et 30 mars prochains. Le 6 mars à 18h01, il sera en effet trop tard pour déposer les listes. Or le ministère de l'Intérieur ne dispose pour le moment que de très peu de dossiers. Notamment pour les 26.924 communes de moins de 1.000 habitants, qui représentent la grande majorité des 36.000 villes de France. Exemple dans le Nord , où près d'une ville sur deux de moins de 1.000 habitants n'a pas de candidats. Dans la Drôme, 36% d'entres elles sont dans le même cas.Les préfectures ont donc reçu une note, expliquait RTL mercredi, leur demandant d'alerter les étourdis et de se préparer à un afflux massif de dossiers dans les derniers jours avant la date limite.

La réglementation a changé

Ce sont des changements de réglementation qui sont à l'origine de ce phénomène inhabituel. Pour la première fois, les candidats dans les communes de moins de 1.000 habitants sont par exemple obligés de déposer leurs listes en préfecture. Avec à la clé de lourdes démarches administratives et un contrôle minutieux de chaque candidature. Dans les communes comptant entre 1.000 et 3.500 habitants, c'est l'obligation de présenter des listes paritaires qui ralentit le processus. Ces ajustements compliquent la vie des candidats et multiplient les risques d'invalidation des listes. "Il ne faut pas attendre la dernière minute, car si des éléments font alors défaut, il sera difficile de rectifier le tir", explique le directeur de cabinet du préfet des Pyrénées-Orientales.

Lire aussi : Dépôt de candidatures : le temps presse dans la Drôme Creuse : mais où sont les candidats ?

Et s'il n'y a finalement pas de candidat(s) ?

Sans candidat déclaré, pas d'élection. Le scrutin serait alors annulé dans les communes concernées. Charge alors aux préfets de nommer une "délégation spéciale", généralement composée de fonctionnaires, qui travaille dans un cadre strict défini par le Code général des collectivités territoriales. Cette délégation ne peut effectuer que des "actes de pure administration conservatoire et urgente", et pendant une durée qui n'excède pas trois mois.Au-delà, une nouvelle élection doit être organisée. S'il n'y a de nouveau aucun candidat déclaré, la commune est alors rattachée à une voisine. Un cas de figure qui n'est encore jamais arrivé, assure l'Association des maires de France.