Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les chères poubelles de la Communauté de communes Yonne-Nord

-
Par , France Bleu Auxerre

Suite au déficit de 3,5 millions d'euros, la Communauté de Communes Yonne-Nord (CCYN) avait annoncé des hausses d'impôts. Maintenant que les contribuables ont reçus leurs avis de taxes foncières, cette mesure prend un aspect très concret. Notamment la nouvelle taxe sur les ordures ménagères.

La nouvelle taxe d'enlèvement des ordures ménagères se traduit pour certains foyers par un doublement du tarif, dans la communauté de communes Yonne Nord
La nouvelle taxe d'enlèvement des ordures ménagères se traduit pour certains foyers par un doublement du tarif, dans la communauté de communes Yonne Nord © Radio France - Renaud Candelier

Ces dernières années, les ordures ménagères des 23 communes de la collectivité étaient financées par une redevance largement déficitaire. Des erreurs de gestions qui ont poussé le nouvel exécutif à voter une taxe (TEOM) de 15% basée sur la valeur locative du bien. Et adressée avec l'avis de taxes foncières.

Installée devant son avis de taxe foncière 2019, cette habitante de Serbonnes n'en revient pas : "c'était une surprise attendue, mais la surprise est quand-même un peu forte." Cette veuve de 90 ans va devoir payer 540 euros d'ordures ménagères pour l'année : "ça me met en difficulté financière étant donné que j'ai ma facture de fioul à payer et que j'en ai à peu près pour 1.000 euros. En pension de réversion j'ai  un peu plus que le SMIC. Et je n'arrive pas à payer le chauffage."

Mille euros de plus pour les ordures

Autre cas de figure, à Champigny, Isabelle Gallot gère une entreprise de bâtiment. On en lui réclame 1.000 euros de plus en 2019 pour ses ordures : "c'est-à-dire qu'on me fait payer cette année 300 euros qui n'existaient pas dans mon budget sur un hangar vide et 700 euros pour l'entreprise. Cela fait _un total de 1.000 euros pour lequel je n'ai pas de service, je ne génère pas d'ordures ménagères_. Mais moi je n'y suis pour rien dans la mauvaise gestion de la communauté de communes."

Des conséquences sur le recyclage ? 

Une taxe de 15% surévaluée selon certains élus et qui risque de nuire au recyclage estime Anne-Paule Chabert-Raluy conseillère municipale à Sergines : "auparavant c'était incitatif donc les gens faisaient très attention et essayaient de réduire au maximum ce qu'ils mettaient dans les bacs jaunes et dans les bacs verts. Maintenant je crains qu'ils se disent de toute façon, on n'est pas récompensé, on paie des sommes astronomiques, je trie moins mes poubelles."

Une redevance qui était loin du coût réel

Face à la levée de bouclier chez les contribuables du nord de l'Yonne, le président de l'intercommunalité Thierry Spahn s'explique : "notre redevance ne reflétait pas le coût réel du service. C'est-à-dire que même si on n'était pas repartis en TEOM (taxe d'enlèvement des ordures ménagères) _il aurait fallu doubler au moins la redevance_."

En 2020, la taxe sur les ordures sera plafonnée

Thierry Spahn annonce que le calcul de la taxe ordures ménagères va être revu : "dès 2020, pour les ordures ménagères, on ne prendra en compte que deux fois ou deux fois et demi maximum, la valeur locative moyenne du territoire. Ce qui va _faire baisser mécaniquement les très hautes valeurs locatives_."

Aucune enquête sur l'origine du déficit

Au-delà de ces hausses d'impôts, beaucoup de contribuables du nord de l'Yonne attendent aujourd'hui des explications sur les raisons du déficit de 3 millions et demi d'euros, rappelle Laurent Depaul, du collectif d'habitants Yonne Nord : "on ne sait rien. On sait simplement qu'il y a eu un fonctionnement catastrophique et qu'on en paie les pots cassés. On nous parle de bilans falsifiés, on nous parle de factures cachées et il n'y a pas eu d'enquête. Et on n'a pas les moyens, nous, d'aller dans les dossiers, de vérifier, de savoir qui signait les emprunts, qui cachait des documents, qui apportait des dossiers qui étaient incomplets aux vice-présidents pour voter. On ne sait pas cela."

Des incertitudes et des hausses d'impôts qui ne manqueront pas  de s'inviter dans les débats aux municipales. Ce mercredi soir, un conseil communautaire doit se réunir à Pont-sur-Yonne.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess