Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Les départements d'Île-de-France créent un fonds de solidarité commun

mardi 2 octobre 2018 à 20:37 Par Rémi Brancato, France Bleu Paris

Les sept départements d'Île-de-France vont financer ensemble des projets d'investissement commun dès l'an prochain. Ils lancent un fonds inédit de 150 millions d'euros, abondé davantage par les plus riches. Un front commun qui s'affiche contre le gouvernement.

Les présidents de départements d'Île-de-France affichent un front commun
Les présidents de départements d'Île-de-France affichent un front commun © Radio France - Rémi Brancato

Île-de-France, France

Les départements d'Île-de-France affichent leur solidarité, face à l'Etat. Les sept présidents de départements de la région (Essonne, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne, Val d'Oise et Seine-et-Marne) ont annoncé ce mardi la création d'un "Fonds de solidarité et d'investissement départemental du Grand Paris" (FSII). Cet établissement public commun qui verra le jour le 1er janvier prochain sera un fonds doté de 150 millions d'euros chaque année pour financer des projets interdépartementaux : des collèges, des routes, des transports publics.

Chaque département contribue à hauteur de ses moyens

Pour l'abonder, chaque conseil départemental est mis à contribution à hauteur de ses moyens. Ainsi la Seine-Saint-Denis contribuera cinq fois moins (13,4 millions d'euros) que les Hauts-de-Seine (62,2 millions). "On ne les a pas braqués" sourit Marie-Chrisine Cavecchi au sujet des départements les plus riches. La présidente du Val d'Oise versera 9 millions d'euros au pot commun.

ECOUTER - "On ne les a pas braqués" raconte Marie-Christine Cavecchi, présidente du Val d'Oise

Des projets profitables à plusieurs départements  

"Ce sont eux qui sont venus à nous en disant 'puisqu'on est laissés tombés par l'Etat, l'idée c'est qu'on se mette ensemble'" raconte l'élue. Ainsi, elle entend faire financer le campus international universitaire de Cergy. D'autres projets sont déjà pressentis, comme le prolongement du tramway T1 en Seine-Saint-Denis ou l'échangeur Nord-Est du contournement Nord de l'aéroport d'Orly, commun au Val-de-Marne et à l'Essonne.

ECOUTER - Départements riches et pauvres affichent leur solidarité

- EN SAVOIR PLUS : écouter le dossier de France Bleu Paris, consacré à ce nouveau fonds d'investissement et de solidarité.

Un front commun pour dénoncer le désengagement de l'Etat

Tous les élus dénoncent en effet un désengagement de l'Etat et comptent sur une solidarité entre voisins. "Nous sommes capables de mettre sur pied quelque chose d'efficace de rapide et de simple, sans créer de nouvelle institution" défend François Durovray, président du département de l'Essonne. 

La crainte d'une disparition des départements

Car ce qui réunit aussi ces élus de droite et de gauche c'est la nécessité de se faire entendre face à une réforme territoriale du Grand Paris qui menace leur existence. En somme, le Grand Paris ne se fera pas sans les départements. "Si j'étais le président de la République, je dirai bravo" sourit François Durovray.