Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Les députés LREM de Gironde soutiennent l'arrivée de Christophe Castaner à la tête du parti

lundi 6 novembre 2017 à 18:25 Par Stéphane Hiscock, France Bleu Gironde

On l'a appris ce lundi, il y aura bien un seul candidat à la direction générale de La République en Marche, le parti d’Emmanuel Macron et ce sera Christophe Castaner. Nomination ou élection ? La manoeuvre est-elle bien démocratique ? Les députés LREM de la Gironde donnent leur bénédiction.

Les 10 députés LREM de Gironde réunis à Bordeaux ce lundi
Les 10 députés LREM de Gironde réunis à Bordeaux ce lundi © Radio France - Stéphane Hiscock

Bordeaux, France

Les 10 députés LREM de la Gironde se sont réunis à Bordeaux ce lundi après midi. Une réunion de famille devant la presse pour dresser un premier bilan depuis leur élection en juin dernier. Les parlementaires ont mis l'accent sur le travail déjà accompli. En l'occurrence, les 29 textes adoptés depuis la session extraordinaire du mois de juillet.

Occasion aussi de défendre la prochaine élection de Christophe Castaner à la tête de la République en Marche. Une élection ou plutôt une "nomination". On a eu la confirmation ce lundi, Christophe Castaner est le seul candidat au poste et il a été choisi par Emmanuel Macron. Tout cela est-il bien démocratique ? Question posée aux députés girondins. Dans leur ensemble ils évoquent un processus "logique" qui correspond à la réalité d'un parti tout neuf.

Moi ça ne me choque absolument pas. Nous sommes dans une situation inédite, dans un parti qui a moins de deux ans d'existence. Nous avons besoin de temps pour nous structurer et faire émerger d'autres personnalités. — Dominique David, députée de la 1ère circonscription de la Gironde

Bérangère Couillard, députée de la 7ème circonscription, est sur la même longueur d'onde que sa collègue. Elle réfute l'argument selon lequel la manoeuvre de l'Elysée serait anti-démocratique : "personnellement j'avais bien l'intention de voter pour lui (Christophe Castaner)".

Benoit Simian, député du Médoc, va même plus loin. Il estime que Christophe Castaner peut très bien être chef de parti et rester ministre des relations avec le parlement : "c'est même une bonne chose" estime le parlementaire.