Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Politique

Les élus basques appellent à manifester pour les prisonniers

samedi 5 janvier 2019 à 17:00 Par Iban Etxezaharreta, France Bleu Pays Basque

130 élus dont une soixantaine de maires demandent au gouvernement français de poursuivre les rapprochements de prisonniers basques. Ils battront le pavé samedi à Bayonne

Une soixantaine d'élus s'est mobilisée samedi pour lancer leur appel à manifester
Une soixantaine d'élus s'est mobilisée samedi pour lancer leur appel à manifester © Radio France - Iban Etxezaharreta

Bayonne

Des affichettes bleues sur fond blanc ont commencé à fleurir partout au Pays Basque.  Ornées de la main symbolique des "Artisans de la paix", elles appellent à manifester à Bayonne samedi 12 janvier à Bayonne. Appel relayé par les élus. Pour réclamer le rapprochement des prisonniers basques, ou autrement dit,  "l'application du droit français au Pays Basque" selon Jean René Etchegaray, président de la Communauté d'Agglomération, qui ajoute ironique que "ce ne serait pas si mal"

Lucien Betbeder président du Biltzar des maires du Pays Basque réclame l'application du droit commun. - Radio France
Lucien Betbeder président du Biltzar des maires du Pays Basque réclame l'application du droit commun. © Radio France - Iban Etxezaharreta

Une soixantaine d'élus réunis ce samedi 7 janvier à Bayonne pour lancer publiquement cet appel à manifester et rappeler qu'il s'agit d'appliquer le droit commun. "La loi, rien que la loi, toute la loi" appuie Kotte Ecenarro maire d'Hendaye et vice président de l'agglomération Pays Basque.

Des rapprochements de prisonniers entamés en 2018 par le gouvernement français. 25 l'ont été dans les centres pénitentiaires de Mont-de-Marsan et de Lannemezan. Des rapprochements stoppés cet automne par la Chancellerie.  Daniel Olçomendy maire d'Ostabat-Asme craint que la politique suivie à Paris n'évolue "en fonction du panorama espagnol", et son récent changement de gouvernement. Tous pointent une "mécanique qui se grippe", un processus "qui patine". La manifestation de samedi vise à dépasser ce blocage.

Que 2019 soit l'année de référence de la paix au Pays Basque" (Michel Veunac, maire de Biarritz)

L'exécutif de l'agglomération Pays Basque (presque) au grand complet à exigé la poursuite du processus de paix. Le maire de Boucau Francis Gonzalez cite son prédécesseur Jean Abadie qui disait "ni haine, ni oubli".  Alain Iriart maire de St Pierre d'Irube espère "ne pas être là l'an prochain" et pour qui "dans des processus de paix, il ne faut ni écraser ni humilier la partie adverse". Michel Veunac le maire de Biarritz lui émet le voeu "que 2019 soit l'année de référence de la paix". La question des "prisonniers politiques" et de "toutes les victimes" est dans toutes les interventions.

Accidents de la route pour les familles

Outre le rapprochement, la manifestation réclame aussi l'acceptation des demandes de libération conditionnelle. Or, le Parquet s'y oppose systématiquement et fait toujours appel des décisions des juges lorsqu'elles sont favorables, s'indigne Jean Renée Etchegaray qui ajoute que la compagne et le bébé de Garikoitz Aspiazu incarcéré à Arles ont eu un accident de la route le 1er janvier dernier lors du voyage de la visite. Pour l'année 2018, le président de l'agglomération évoque 15 blessés dans 7 accidents de la route à l'occasion de visites par les familles.

L'association Bake Bidea qui oeuvre en faveur du processus de paix au Pays Basque dénombre 46 prisonniers basques en France (dont 14 à Mt-de-Marsan et 13 à Lannemezan) et 264 en Espagne.

La manifestation de samedi 12 janvier partira à 17h de la gare de Bayonne. Même jour, même heure et mêmes revendications pour la manifestation de Bilbao.