Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les élus berrichons réagissent à l'annonce du troisième confinement

-
Par , France Bleu Berry

Emmanuel Macron a annoncé l'extension du confinement à tous les départements de France métropolitaine ce mercredi soir. Les réactions de la sénatrice de l'Indre Nadine Bellurot et du maire de Bourges Yann Gallut.

Allocution Emmanuel Macron le 31 mars 2021.
Allocution Emmanuel Macron le 31 mars 2021. © Radio France - Adeline Divoux

L'annonce a été faite ce mercredi soir par le président Emmanuel Macron, les crèches, écoles, collèges et lycées seront fermés pendant trois semaines. Les vacances scolaires de printemps sont unifiées sur tout le territoire français à partir du 12 avril pour freiner l'épidémie de Covid-19. La semaine du 5 au 12 avril, à partir de ce lundi donc, "les cours pour les écoles, collèges et lycées se feront à la maison", a précisé le chef de l'État, sauf "pour les enfants des soignants et de quelques autres professions, de même que les enfants en situation de handicap".  Ensuite il y aura deux semaines de vacances à partir du 12 avril, pour toutes les zones, avant une rentrée le 26 avril en physique pour les écoles et en distanciel pour les collèges et lycées. Lesquels rouvriront leurs portes le 3 mai.  

Sur le plan sanitaire, les restrictions en vigueur depuis la mi-mars dans 19 départements vont être étendues à l'ensemble du territoire pour quatre semaines à partir de samedi,  Ces mesures, comportent notamment  la fermeture de certains commerces et l'interdiction de se déplacer à plus de 10 kilomètres de son domicile.

Nous sommes bien obligés de constater que nous n'avons pas été bons au premier confinement - Nadine Bellurot, sénatrice Les Républicains de l'Indre

Nadine Bellurot, sénatrice Les Républicains de l'Indre fait le constat de l'échec de la politique sanitaire d'Emmanuel Macron. "Il réagit face à la dégradation de la situation mais beaucoup déjà, avaient appelé son attention sur la situation. Il y a eu à la fois les conditions dramatiques pour les personnes qui aujourd'hui sont touchées, des décès. Les hôpitaux étaient déjà saturés. Le personnel est aussi très fatigué. C'est très compliqué, bien sûr, de prendre ce genre de décision. Nous sommes bien obligés de constater que nous n'avons pas été bons au premier confinement, avec un manque total de masques, de barrières et de réflexes. Aujourd'hui, nous ne sommes pas non plus au rendez-vous des vaccins. C'est une réalité. Alors comment fait-on. Je trouve Emmanuel Macron très volontaire. Bien sûr, nous tiendrons. Mais que tiendrons-nous ? On nous annonce qu'on va produire produire des vaccins. Mais quand ? Je vois qu'il nous annonce que dans deux mois, les plus de 50 ans pourront être vaccinés. Deux mois ! Non, nous ne sommes pas au rendez-vous de la vaccination."

Est-ce que ce n'est pas ce qu'on n'a pas trop tardé ? - Yann Galut, maire de Bourges

Yann Galut, le maire de Bourges, salue la mesure mais s'interroge sur son déploiement, possiblement tardif, "ce sont des mesures qui sont nécessaires. Tout le monde en avait conscience. On ne pouvait pas continuer comme cela. On le voit à Bourges, on le voit dans d'autres départements. Le taux d'incidence a explosé ces dernières semaines. On a doublé à Bourges dans la dernière semaine, on est passé de 150 à 300 cas positifs pour 100.000 habitants. La seule question que je me pose, c'est "est-ce que ce n'est pas ce qu'on n'a pas trop tardé ?" Je me demande si, finalement, on a eu la bonne stratégie. Quand on voit d'autres pays qui ont confiné de manière plus stricte fin janvier et qui, aujourd'hui retrouvent la liberté, comme l'Angleterre, je me demande quel est le meilleur modèle. Après, il est clair que l'on ne s'en sortira que s'il y a une vraie accélération au niveau de la vaccination. C'est ça qu'il faut retenir. Il faut maintenant que les vaccins arrivent dans nos territoires de manière massive et j'espère que ce sera le cas dans les jours qui viennent."

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix
Choix de la station

À venir dansDanssecondess