Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Plan du gouvernement pour la Seine-Saint-Denis : les élus sont partagés

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Ils l'attendaient depuis plus d'un an, voire des années : ce plan d'action du gouvernement pour stopper les défaillances des services publics et les inégalités subies par les habitants de Seine-Saint-Denis. Dévoilées ce jeudi matin, à Bobigny, les 23 mesures laissent sceptiques certains élus du 93.

Edouard Philippe dévoile le plan du gouvernement pour la Seine-Saint-Denis à la préfecture de Bobigny, le 31/10/2019
Edouard Philippe dévoile le plan du gouvernement pour la Seine-Saint-Denis à la préfecture de Bobigny, le 31/10/2019 © Radio France - Hajera Mohammad

Bobigny, France

Prime exceptionnelle de 10.000 euros, renforts de policiers, de magistrats, pré-recrutement des enseignants... Le Premier ministre Édouard Philippe, a dévoilé ce jeudi 31 octobre, les 23 mesures du gouvernement pour mettre fin au manque de fonctionnaires dans les services publics en Seine-Saint-Denis et stopper les inégalités subies par les habitants.

Un plan décevant

À l'issue de la conférence de presse, qui aura duré un peu moins d'une heure, les élus qui étaient invités à y assister, ressortent avec un sentiment partagé. Sylvine Thomassin, maire socialiste de Bondy est dépitée. "Je suis un peu douchée", reconnaît-elle. Le gros point faible concerne la sécurité selon elle. Avec 150 policiers supplémentaires dans le département d'ici 2021, impossible de lutter correctement contre la délinquance, ce n'est pas suffisant. "Dans un territoire d'1,7 millions d'habitants où le trafic de drogue gangrène la vie des habitants, ça ne veut rien dire ! "

Je me suis dit : 'ils se sont trompés, il manque un zéro !' - Sylvine Thomassin, maire de Bondy

Même déception pour Azzedine Taibi, le maire (PCF) de Stains. Pour lui, les mesures ne sont pas à la hauteur et les enveloppes financières non plus. Par exemple, les 20 millions d'euros destinés à des investissements dans l'immobilier scolaire, notamment pour dédoubler enfin les classes de CP et CE1. "Vingt millions d'euros, c'est le prix d'un groupe scolaire de 25 classes, donc comment ils vont répartir l'argent entre 40 communes ?", s'interroge l'élu.

"Moi, je suis plutôt content"

Autre son de cloche, avec Yannick Hoppe, maire (UDI) du Bourget. Lui, voit enfin une réelle avancée et une réelle volonté de la part du gouvernement. "Je suis plutôt très content, on peut toujours voir le verre à moitié vide ou à moitié plein... là il est à moitié plein".  

Mais pas sûr qu'il y ait à boire pour tout le monde dans le verre, déplore Azzedine Taibi. En voyant ce plan, l'élu ne regrette pas la démarche inédite entreprise le mois dernier avec quatre autre maires de Seine-Saint-Denis. Ensemble, ils ont déposé un recours contre l'État pour rupture d'égalité

Les élus de Seine-Saint-Denis divisés sur le plan du gouvernement pour le département

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu