Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Mort de Jacques Chirac

Mort de Jacques Chirac : l'hommage des élus de Vaucluse

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Vaucluse

Les hommages et réactions après le décès de Jacques Chirac se succèdent aussi en Vaucluse. Les élus de tous bords politiques saluent à l'unanimité sa franchise, son savoir-être et son humanité.

Jacques Chirac
Jacques Chirac © Maxppp - .

L'ancienne maire d'Avignon Marie-José Roig est sans doute la plus émue ce jeudi. Celle qui fut l'une de ses anciennes ministres était d'abord une amie proche de Bernadette Chirac. Elle ne cache pas sa profonde tristesse. Elle se rappelle "un homme d'une très grande simplicité et modestie malgré son statut, il savait parler aux femmes sans les effaroucher, ni les dominer."

Le conseiller régional LR Jacques Bissière, candidat aux municipales sur Avignon demande à l'actuel maire Cécile Helle, de proposer en Conseil municipal d’attribuer le nom de Jacques Chirac à une artère, une place ou un bâtiment public de notre ville. "Le Président Chirac était aimé des français, il était aimé des vauclusiens, il était aimé des Avignonnais. Jacques Chirac fait désormais partie de notre histoire, et il me semble important qu’Avignon lui rende cet hommage."

Le président du Conseil départemental de Vaucluse retiendra de Jacques Chirac "sa détermination, son courage et la force de sa vision politique, notamment lorsqu'il refusa, en 2003, de suivre les Etats-Unis dans la guerre en Irak." Pour Maurice Chabert "ce ne sont pas seulement les gaullistes qui perdent un compagnon de route, ce sont les Français, dans leur ensemble, qui perdent un grand homme d’Etat." Le deuxième plus grand président de la Ve République après le Général de Gaulle, selon une enquête Yougov menée en 2018."

Le sénateur LR Alain Dufaut garde deux événements à Avignon ancrés dans sa mémoire. "Le premier, à l'été 1983, alors que nous venions, en mars, de gagner la mairie au 1er tour de scrutin en organisant, avec lui, les journées parlementaires du RPR dans le Palais des Papes. Ce fut un grand moment pour Jean-Pierre ROUX - Maire et le 2ème adjoint et responsable départemental du RPR que jetais à l'époque. Le deuxième, c'est, bien sûr, sa déclaration de candidature pour l'élection présidentielle de mai 2002 en Avignon à l'espace Jeanne Laurent."

Pour le sénateur LR Alain Milon, "Jacques Chirac avait un attachement profond et viscéral à la France et aux Français. Il a mis toute sa fougue, son énergie et son talent à la défendre et à la faire respecter à l’étranger, en Europe ou à l’ONU." 

"Derrière l’apparente simplicité, Jacques Chirac avait une personnalité plus complexe et très riche : un homme éprouvé par la vie, un homme cultivé et raffiné, un homme généreux et profondément humain." (Alain Milon, sénateur LR)

Le député LR du Vaucluse Julien Aubert, candidat à la présidence de son parti, évoque "un père spirituel", qui lui a donné envie de faire la politique, qui l'a fait vibrer même s'il n'était pas d'accord avec toutes ses décisions. Une figure de sa famille politique est partie qui "avait une extraordinaire faculté à conquérir et à convaincre."

Pour l'ancien député de droite Jean-Michel Ferrand, l'ancien président était un personnage de grande qualité qu'il a reçu à plusieurs reprises à Carpentras, il se souviendra surtout de son humanité , notamment lorsque qu'il a perdu son père. Jacques Chirac l'a invité à déjeuner en privé à la mairie de Paris après une séance à l'Assemblée nationale. 

Les hommages arrivent même de l'opposition vauclusienne et de Jean Gatel. Le patron du Parti socialiste dans les années 80 l'a croisé dans de nombreuses campagnes électorales. Il se rappelle d'un "homme courtois et franc" même avec ses adversaires politiques. Il a admiré l'homme proche du terroir et toujours vigilant par rapport à l'extrême droite : "Celui qui n'a jamais franchi la ligne rouge des alliances."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess