Politique

Les enfants de François Fillon n'étaient pas encore avocats quand il les a fait travailler au Sénat

Par Thibaut Lehut, France Bleu Maine et France Bleu vendredi 27 janvier 2017 à 16:24 Mis à jour le vendredi 27 janvier 2017 à 17:04

François et Penelope Fillon, en novembre 2016.
François et Penelope Fillon, en novembre 2016. © Maxppp -

François Fillon révélait jeudi soir avoir employé deux de ses enfants lorsqu'il était sénateur de la Sarthe, en tant qu'avocats. Selon les informations recueillies par franceinfo vendredi, ces derniers n'étaient pas encore avocats.

Venu évoquer dans le 20 heures de TF1 les soupçons d'emplois fictifs qui pèsent sur son épouse, François Fillon révélait qu'il avait aussi employé deux de ses enfants comme avocats, lorsqu'il était sénateur de la Sarthe."Il m'est arrivé de les rémunérer pour des missions précises, en raison de leurs compétences", avait-il déclaré, évoquant des faits remontant à la période où il siégeait à la Chambre haute du Parlement, entre 2005 et 2007.

Encore étudiants à l'époque des faits

Selon franceinfo, ces informations sont en partie inexactes, car aucun des enfants de François Fillon n'était encore officiellement avocat à cette époque. Sa fille aînée, Marie, a prêté serment en novembre 2007, cinq mois après la fin de son mandat de sénateur. Quant à son fils Charles, il est devenu avocat quatre ans plus tard, en 2011. Au moment où François Fillon est sénateur, Marie est étudiante en DEA de droit à l'université Panthéon-Assas, puis à l'école d'avocats. Le CV en ligne de son frère Charles ne remonte pas à cette période, mais on y apprend qu'il a obtenu un master de droit aux Etats-Unis en 2009.

Cela n'empêche pas qu'ils aient été employés par leur père en qualité d'étudiants en droit, mais pas comme avocats assermentés. Franceinfo a contacté l'un des avocats de François Fillon afin d'obtenir davantage de précisions sur la nature de leurs missions et les montants des rémunérations. Ce dernier a affirmé qu'il tentait de réunir en ce moment ces éléments d'information.

La justice entend les témoins

La justice a ouvert mercredi une enquête, notamment pour "détournement de fonds publics" et "abus de biens sociaux", après des informations du Canard Enchaîné sur des soupçons d'emplois fictifs visant Penelope Fillon en tant qu'attachée parlementaire de son époux et collaboratrice de la Revue des Deux Mondes dont le propriétaire, Marc Ladreit de Lacharrière, est un proche de François Fillon.

Vendredi, c'est l'ancien directeur de la revue Michel Crépu qui a été entendu à l'Office central de lutte contre les affaires financières et fiscales suite à ses déclarations dans la presse. "À aucun moment (...) je n'ai eu la moindre trace de ce qui pourrait ressembler à un travail de conseiller littéraire", avait- il expliqué au Canard Enchaîné. Idem pour la journaliste Christine Kelly, auteure d'une biographie de François Fillon en 2007, et qui a elle affirmé au même journal qu'elle n'avait "jamais entendu dire que Mme Fillon travaillait".