Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique
Dossier : Mouvement de grève contre la réforme des retraites

Les femmes qui ont travaillé à temps partiel, perdantes de la réforme des retraites ?

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Les femmes qui ont travaillé à temps partiel seront perdantes avec cette réforme des retraites, affirme l'économiste stéphanois Bertrand Lordon.

Les femmes mobilisées dans les cortèges partout en France.
Les femmes mobilisées dans les cortèges partout en France. © Maxppp - Nathanael Charbonnier

Le texte de la réforme très contestée contre les retraites arrivent sur le bureau du conseil des ministres ce vendredi. Dans le même temps, syndicats et oppositions vont une nouvelle fois défiler pour tenter de faire retirer cette réforme. Beaucoup craignent que la retraite des femmes ne baissent, si la réforme passe. 

Les petites retraites avantagées

"Toutes les femmes ne verront pas leur pension baisser", explique Bertrand Lordon, économiste, ancien professeur de sciences économiques et sociales à l'Université Jean Monnet de Saint-Etienne. "Celles qui ne touchent que des très petites retraites, par exemple, pourraient voir leurs pensions augmenter", poursuit Bertrand Lordon. "Elles toucheraient 85% du SMIC, environ 1000 euros par mois, c'est le minimum retraite que le gouvernement veut mettre en place", approuve l'économiste. 

Le temps partiel des femmes pénalisés

Pour Bertrand Lordon, c'est un des points forts de cette réforme. "En revanche", continue l'ancien professeur de sciences économiques et sociales de l'université Jean Monnet, "les femmes, qui ont connu des carrières hachées, avec du temps partiels, y perdront forcément, et toucheront moins avec cette réforme qu'avec le système actuel". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu